À Bali, deux adolescentes font barrage aux sacs plastique

À partir de 2018, les sacs plastique seront interdits sur l’île de Bali. Le résultat d’un combat mené par Melati et Isabel Wisen, et qui inspire de nombreux jeunes à travers le monde.

Aujourd’hui, le projet Bye Bye Plastic Bags est développé par des enfants en Australie, en Chine, au Népal, à Singapour, en Birmanie, aux Philippines et même à New York.

Avec ses plages de sable fin et ses eaux turquoise, l’île de Bali en Indonésie attire tous les ans plus de 18 millions de visiteurs. Une affluence qui n’est pas sans impact sur l’environnement : chaque jour, 680 m3 de déchets plastique sont rejetés par les touristes, soit l’équivalent du volume de 14 immeubles.

Que deviennent ces déchets ? 5 % seulement d’entre eux sont recyclés, une partie est incinérée – dégageant alors du CO2 et des fumées toxiques –, mais la grande majorité finit dans la jungle ou dans l’océan, où ils mettront 4 000 ans à se dégrader. C’est pourquoi deux jeunes sœurs ont décidé de prendre en main le destin écologique de l’île.

Bye Bye Plastic Bags

Melati et Isabel Wisen n’ont que 12 et 10 ans lorsqu’elles créent, en 2013, l’association Bye Bye Plastic Bags. Leur objectif ? Bannir, purement et simplement, l’utilisation des sacs plastique sur l’île.

L’initiative naît sur les bancs de leur école : la Green school de Bali qui, comme son nom l’indique, sensibilise très tôt ses élèves aux problématiques environnementales et de développement durable. Avec une équipe composée de quelques-uns de leurs camarades de classe, les fillettes développent des actions locales : présentations dans les lieux publics, nettoyage des plages, distribution de sacs alternatifs (organiques ou en papier recyclé), pétitions, etc.

En 2014, Ban Ki-moon en personne, le secrétaire général des Nations unies, a vent de leur projet et diffuse l’initiative. Quelques mois plus tard, en 2015, Melati et Isabel sont reçues par le gouverneur de Bali pour exposer leurs arguments. Résultat : une loi visant à interdire les sacs plastique sur l’île sera promulguée en 2018. Une véritable victoire pour tous les enfants de l’association Bye Bye Plastic Bags !

Un mouvement international d’inspiration pour les jeunes

En attendant que cette décision devienne réalité, les deux sœurs parcourent le monde et surtout les écoles, pour diffuser leur initiative. Elles sont devenues le symbole d’une jeune génération qui agit et qui s’engage pour la planète. Leur combat fait écho dans de nombreux pays : aujourd’hui, le projet Bye Bye Plastic Bags est porté par des enfants en Australie, en Chine, au Népal, à Singapour, en Birmanie, aux Philippines et même à New York.

Dans une récente conférence TED à Londres, les deux Balinaises ont appelé les jeunes à devenir parties prenantes du changement. « Il n’y a pas besoin d’attendre d’être adulte pour faire la différence. Nous ne vous disons pas que ce sera facile, nous vous disons que ça en vaut la peine », ont-elles asséné. Un message d’espoir et d’énergie qui rappelle que l’économie circulaire et le développement durable ne sont rien sans l’engagement des citoyens, y compris les plus petits.

En savoir plus :

- « Frusack », l’alternative écologique au sac en plastique
- La double vie du sac plastique
- Wecyclers : comment inciter la population à participer au recyclage

comments powered by Disqus