Precious Plastic, la machine permettant de recycler le plastique soi-même, ©Dave Hakkens

Dave Hakkens, le designer fou (de l’environnement)

Depuis l’an dernier, le monde merveilleux du web scande son nom. La raison : ses concepts débordants d’ingéniosité sont directement inspirés de l’économie circulaire.

C’était en octobre 2013. La plateforme Thunderclap (permettant d’offrir à divers projets de la visibilité sur la toile grâce aux internautes, en vue de trouver des financements) mettait en lumière un projet qui n’allait pas tarder à séduire des dizaines de millions de personnes à travers le monde : Phonebloks. Derrière ce nom aux allures de jeu vidéo, se cachait un jeune designer plutôt extravagant : Dave Hakkens.

Un créateur hyperactif

A seulement 25 ans, il a conquis avec ce projet le géant Google, et pour cause : Phonebloks est un « téléphone-lego » grâce auquel Dave entend lutter contre l’obsolescence programmée de nos nombreux appareils électroniques, entraînant déchets, gaspillage de nos ressources, et dépenses inutiles.

Plus qu’un nouveau modèle de mobile, Phonebloks est à l’égard de notre environnement « une vision, une idée, un mouvement ». Et il en va de même pour plusieurs autres projets du jeune Néerlandais, basé à Helmond où il partage son atelier avec deux acolytes.
A travers Precious Plastic, par exemple, il propose un véritable « schmilblick » permettant de recycler nos déchets plastiques en objets du quotidien.

Diplômé avec mention de deux établissements prestigieux (l’Ecole Sint Lucas et la Design Academy d’Eindhoven, aux Pays-Bas), Dave n’a pas attendu d’achever ses études pour se faire connaître. Avant Phonebloks, il proposait déjà, via l’une de ses vidéos qui ne s’apparentent pas tant à la démonstration qu’au making of, Rubble Floor, ou comment réutiliser les gravats d’un chantier pour construire de nouveaux sols. Mais Dave est aussi à l’origine de Wind Oil, le pressoir à huile fonctionnant à l’énergie éolienne, de Playfull Paper, un papier cadeau qui se conserve, ou encore de Breaksoap, le savon traditionnel qui ne se gaspille pas inutilement. Autant de prototypes, mais surtout d’idées foisonnantes véhiculant plus que de nouveaux usages : une autre vision du monde.

Le virus de la créativité

« Mon but est simple, explique-t-il sur son site officiel : tenter de rendre le monde meilleur en créant des choses. » C’est peut-être la simplicité de sa posture qui est à l’origine de l’engouement du public pour son travail. A travers ses créations, Hakkens ne fait pas la révolution : il nous convainc qu’elle est possible. C’est là toute sa force. Pour Phonebloks, chacun d’entre nous peut proposer ses propres modules. Une façon de nous faire jouer un rôle véritablement actif dans la lutte pour une planète assainie, et de réveiller les consciences des industriels. Quant au projet Precious Plastic, il a même fait quelques émules qui ont construit leur propre machine à partir de fichiers open source. Enfin, dans sa vidéo Vegetable Garden montrant la transformation d’un terrain vague en jardin, Hakkens nous raconte simplement que le changement tel qu’il l’entend provient de deux ingrédients majeurs : la communauté et l’action. C’est de cela que se nourrit sa créativité, et par ricochet, la nôtre.
En somme, ce que le designer nous rappelle, c’est que le développement durable, ce n’est pas tant un devoir qu’un état d’esprit, une façon d’être au monde. Mais surtout, c’est maintenant.

En savoir plus :

- Le site officiel de Dave Hakkens
- Son fil Twitter

Image principale : Precious Plastic, la machine permettant de recycler le plastique soi-même, ©Dave Hakkens

comments powered by Disqus