Jean-Pierre Motte, des ordinateurs et des hommes

L’association de Jean-Pierre Motte, Synapse Picardie, valorise ou reconditionne des ordinateurs pour des familles à revenu modeste, et favorise l’insertion professionnelle de personnes en difficulté.

À Amiens, dans le quartier Victorine-Autier, on déprogramme, on désosse, on trie. Dans une ancienne école en briques rouges, seize personnes en réinsertion professionnelle valorisent des ordinateurs usagés. Une idée née en 2000 dans l’esprit de Jean-Pierre Motte, directeur et fondateur de l’association Synapse Picardie. A l’époque, il voulait réduire la fracture numérique. Aujourd’hui, il marie économie circulaire et projet social.

« Lors de la création de l’atelier de valorisation numérique en 2015, nous avons collecté 20 tonnes de matériels. En 2016, ce chiffre a atteint 79 tonnes, et va grimper à 150 tonnes en 2017 », annonce Jean-Pierre Motte. Ici, photocopieuses, imprimantes et ordinateurs défectueux issus d’administrations et d’entreprises deviennent une matière première à valoriser.

Tout cela atterrit entre les mains des salariés de l’association Synapse Insertion, créée par Synapse Picardie pour favoriser leur insertion professionnelle. Métaux d’un côté, circuits imprimés, disques durs ou câbles de l’autre. Tout est trié pour être revendu à des filières spécialisées, « et apporter une viabilité économique à notre association, en plus du service de collecte auprès des entreprises », explique Jean-Pierre Motte.

Initier, former, équiper

Lorsque Jean-Pierre Motte mûrit ce projet en 2000, il veut rendre l’informatique accessible aux personnes à revenu modeste en s’appuyant sur trois piliers : « initier, former et équiper ». Son projet se concrétise alors avec la création de l’association Synapse Picardie. « L’image de nombreux ordinateurs inutilisés dans les collectivités m’a donné envie de les réemployer pour équiper les personnes dans le besoin. Ainsi, nous avons donné une seconde vie à plus de 6 000 ordinateurs et équipé 3 500 familles. »

Dans sa lancée, l’association se dote en 2015 d’un atelier de menuiserie et de tapisserie d’ameublement. Avec le même but : donner une seconde vie à des meubles récupérés.

« Les personnes qui travaillent dans nos ateliers bénéficient de contrats aidés. Elles sont suivies chaque jour par un encadrant technique. Une conseillère en insertion professionnelle les rencontre jusqu’à quatre fois par mois », explique Jean-Pierre Motte. La formule fonctionne : « 55 % des personnes entrées chez nous ont eu une sortie positive vers une formation ou un emploi ».

Un travail et une place en crèche

Pour autant, Jean-Pierre Motte ne s’arrête pas là. « Comme l’atelier de valorisation numérique ne cesse de monter en puissance, nous allons accroître sa capacité de 100 m2 à 200 m2, et recruter 70 personnes en contrat à durée déterminée d’insertion », indique-t-il. Direction donc un nouveau site à Amiens de 2 000 m2 qui devrait être opérationnel en 2019 et abriter un autre bâtiment flambant neuf.

« Beaucoup de femmes en situation monoparentale ont un accès difficile à l’emploi parce qu’elles ne peuvent pas faire garder leurs enfants. Ici, nous allons leur offrir un travail et une place dans notre crèche », révèle-t-il. La preuve qu’économie circulaire rime aussi avec innovation sociale.

En savoir plus :

- Les fixers veulent réparer le monde
- Comment recycler et dépolluer les déchets électroniques et électriques
- .@mathieu_gallet & @aserode avec Jean-Pierre Motte, lauréat #TalentsDesCités, parrainé par @radiofrance #Soirée remise des Prix au @Senat

 
Publié par Synapse Picardie sur lundi 12 mars 2012
comments powered by Disqus