Peter Lewis transforme les déchets plastiques en briques écologiques

Le Néo-Zélandais Peter Lewis a inventé une machine qui transforme 100 % des déchets plastiques en briques.

Les océans devraient contenir davantage de plastique que de poissons en 2050.

Le Néo-Zélandais Peter Lewis a inventé une machine qui transforme 100 % des déchets plastiques en briques.

Des armées de volontaires dévoués patrouillent chaque année sur les plages, autour des cours d’eau, dans les parcs naturels, les jardins publics, les quartiers résidentiels du monde entier pour ramasser les détritus abandonnés par leurs concitoyens négligents. Que devient le plastique qu’ils collectent ?

Une petite partie, seulement, est recyclée. Le Néo-Zélandais Peter Lewis a imaginé une solution pour maximiser les efforts déployés par les nombreuses organisations qui œuvrent au nettoyage de la planète et pour réutiliser tous les déchets plastiques collectés, de façon permanente. Comment ? En transformant ces déchets en matériau de construction écologique, grâce à une drôle de machine baptisée ByFusion.

Dresser un mur contre la pollution des océans

L’idée de Peter Lewis est intéressante, car elle permet de traiter deux problèmes majeurs. Premier problème, l’accumulation de déchets plastiques dans l’environnement. « À l’échelle mondiale, nous produisons 300 millions de tonnes de plastique chaque année, dont nous recyclons seulement 8 %. » Selon la fondation Ellen MacArthur, les océans devraient contenir davantage de plastique que de poissons en 2050. Second problème, l’importante pollution générée par le secteur du bâtiment et de la construction, qui représente une part très importante des émissions de gaz à effet de serre.

Le projet ByFusion consiste à récupérer les déchets plastiques auprès des associations et des déchetteries et à les transformer en briques grâce à un procédé à faibles émissions et non toxique. Les déchets sont lavés, séchés, puis compactés sous forme de gros blocs appelés RePlast. ByFusion est capable de produire, à partir de tout type de plastique, un parpaing de 10 kg toutes les 40 s, qui peut prendre différentes formes, tailles et densités selon les besoins. Les briques RePlast permettent une très bonne isolation, à la fois thermique et sonore, et, selon Peter Lewis, leur production génère 95 % de gaz à effet de serre en moins que celle des briques en béton.

Des murs de garages aux abris d’urgence

Il aura fallu dix ans à Peter Lewis pour mettre au point et faire connaître sa machine. Cette année, le ministère néo-zélandais de l’Environnement lui a octroyé une subvention de 20 000 dollars afin de finaliser son invention. Il a également décroché un partenariat avec la déchetterie de la ville de Dunedin, ce qui a permis à cette dernière de réduire considérablement la quantité de déchets plastiques présents sur le site.

Le Néo-Zélandais a conçu ByFusion pour favoriser l’émergence de programmes d’économie circulaire au sein des villes et des quartiers. Les briques RePlast étaient donc à l’origine destinées à la construction d’équipements municipaux, de garages, d’abris, de clôtures… Mais à présent, l’inventeur souhaite aussi utiliser ses briques en plastique recyclé pour construire des logements pour les populations défavorisées et des abris d’urgence pour les victimes de catastrophes naturelles.

De nombreuses initiatives telles que celle de Peter Lewis se développent partout dans le monde. En Colombie, par exemple, Conceptos Plásticos fabrique des logements pour les sans-abris grâce aux déchets plastiques.

comments powered by Disqus