Philipp Buhl lors de sa dernière course à Kiel, crédits : ©www.segel-bilder.de

Philipp Buhl, naviguer pour un océan propre

À seulement 23 ans, Philipp Buhl vient de remporter pour la troisième fois la prestigieuse course de voile de Kiel, dans le nord de l’Allemagne, et met déjà le cap sur les JO de Rio.

Rencontre avec le jeune skipper pour parler de son autre combat, pour la protection des océans.

C’est la troisième fois de suite que vous remportez la Kieler Woche, bravo !

Je suis ravi, car la Kieler Woche est l’une des plus grosses compétitions de voile du monde, et puis aussi car Kiel est ma ville. La course a presque lieu sous mes fenêtres ! Et gagner trois fois de suite rend cette victoire encore plus belle.

« N’ayez pas peur de dire à quelqu’un qui ne trie pas ses déchets qu’il fait quelque chose de mal ! »

Pendant la Kieler Woche, vous êtes monté à bord de « Madame Plastique », un bateau construit par l’artiste berlinoise Sandra Wiesthal à partir de déchets ramassés sur les plages de Kiel. Vous qui participez à cette course depuis longtemps, que pensez-vous de la protection de l’environnement dans la région ?

Nous avons de la chance, car cette région est globalement très propre. En Allemagne, nous faisons attention à la gestion des déchets et au recyclage depuis des années, et donc les eaux de Kiel sont propres. Cette année, nous avons eu du mal à trouver suffisamment de déchets plastiques sur les plages pour construire Madame Plastique, il n’y avait presque rien ! Nous avons vraiment de la chance que cette région soit aussi préservée, il faut conserver ces bonnes habitudes et propager cet état d’esprit.

Philipp Buhl ramassant des déchets sur la plage de Kiel pour la construction de « Madame Plastique », crédits : ©www.segel-bilder.de

Philipp Buhl ramassant des déchets sur la plage de Kiel pour la construction de « Madame Plastique », crédits : ©www.segel-bilder.de

D’où vient votre engagement pour la protection de l’environnement et le développement durable ? Est-ce que votre expérience de navigateur vous a sensibilisé à la pollution des océans ?

Mes parents m’ont appris dès mon plus jeune âge à quel point il était important de respecter notre environnement, donc je me suis toujours senti très concerné par ce problème. Petit, je partais en bateau avec mon père, dès mes 3 ans, puis j’ai commencé à naviguer seul à 7 ans. En tant que skippers, nous sommes souvent les premiers témoins des dégâts causés par l’homme dans les océans.
La pollution des mers me préoccupe encore davantage depuis l’an dernier. J’ai participé aux sessions d’entraînement pour les Jeux olympiques 2016. En naviguant, j’ai pu voir à quel point les eaux sont polluées par l’homme. Et ce n’est qu’une infime partie de tous les détritus qui polluent ensuite les océans, et que l’on ne peut observer qu’en plongeant.

Dans votre vie de tous les jours, que faites-vous pour défendre la protection de l’environnement ? Avez-vous un conseil à nous donner ?

En tant que skipper professionnel, j’ai peu de temps libre, donc je ne suis pas membre d’une association. Mais je veux sensibiliser le public et propager cette conviction autour de moi. C’est très important de faire attention à ce que nous jetons, où et comment nous nous débarrassons des déchets, pour qu’ils soient recyclés ou traités de manière à ne pas abîmer notre environnement. C’est la base, et il faut que chacun de nous fasse attention. Grâce à mes parents et mon éducation, je suis sensibilisé à ces problématiques. À chaque fois que je vois quelqu’un qui jette quelque chose n’importe où, ou qui ne trie pas ses déchets, j’essaie de lui parler et de lui transmettre mes convictions. Donc n’ayez pas peur de dire à quelqu’un qui ne trie pas ses déchets qu’il fait quelque chose de mal !

Merci Philipp, et bonne chance pour Rio !

En savoir plus :

- L’eau, Philipp Buhl la chérit, il témoigne en direct depuis Kiel.
- Le site de Philipp Buhl

 
 
 
 

Image principale : Philipp Buhl lors de sa dernière course à Kiel, crédits : ©www.segel-bilder.de

comments powered by Disqus