Stella McCartney, engagée pour une mode durable

Depuis 2001, à travers sa maison de couture, la créatrice prône une mode durable et éthique. Une démarche qui inspire de plus en plus de marques.

Stella McCartney porte un nom célèbre. Mais aujourd’hui, on la connaît moins comme la fille de l’emblématique bassiste des Beatles que pour son rôle de pionnière de la mode éthique et durable. Ayant passé sa jeunesse dans une ferme bio du Sussex, dans le sud de l’Angleterre, la styliste est une écologiste de la première heure. Lorsqu’en 2001 elle crée sa marque éponyme, elle impose sa vision d’une mode écoresponsable.

Cette démarche, à l’époque novatrice, montre aujourd’hui la voie à toutes les marques qui souhaitent adopter un modèle plus responsable. En effet, on le sait peu, mais la mode fait partie des industries grandes consommatrices d’eau, d’énergie et de matières premières.

Matières écoresponsables, bureaux à énergie renouvelable

Premier engagement de la marque, Stella McCartney n’utilise aucune matière première animale dans la confection de ses produits : cuir, fourrure, plume, colle de poisson, etc. Pour éviter la souffrance animale d’une part, mais aussi parce que l’industrie du bétail est – comme elle l’explique sur son site Internet – responsable de 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Pour créer ses pièces, Stella McCartney a donc recours à des matières écoresponsables innovantes. Depuis 2013, elle utilise Eco Alter Nappa, un matériau alternatif au cuir, composé de polyester, d’huile végétale et de ressources naturelles renouvelables.

Elle se sert également de polyester conçu à partir de bouteilles en plastique recyclées ou encore de bioplastique. Ce dernier est notamment utilisé pour fabriquer des lunettes de soleil, mais aussi pour créer des semelles de chaussures biodégradables.

La marque a également recours au cachemire régénéré, fabriqué à partir de déchets industriels ou encore à la viscose – un textile végétal donc la texture est proche de la soie – produite à partir du bois de forêts suédoises certifiées et gérées de façon durable.

La démarche durable de Stella McCartney s’étend à l’ensemble de son activité. Ainsi, elle utilise le plus possible les énergies renouvelables dans ses boutiques et ses bureaux. Au Royaume-Uni, ceux-ci sont alimentés par Ecotricity, une entreprise qui fournit de l’électricité verte produite par l’énergie éolienne. Aux États-Unis, plusieurs de ses boutiques sont équipées de panneaux solaires et d’un système de climatisation économe en énergie. D’une manière générale, l’ensemble de ses sites dans le monde bénéficient d’éclairages à énergie réduite et appliquent une politique stricte de recyclage des déchets.

Prise de conscience sur la planète mode

Stella McCartney a participé à la prise de conscience environnementale dans l’industrie de la mode. Dès ses premières collaborations, au début des années 2000, avec de grands acteurs de la mode ou des cosmétiques (Adidas, L’Oréal, H&M, etc.), elle a exigé que ses processus d’approvisionnement et de production durables soient appliqués. Une petite révolution qui a fait naître des idées.

Ainsi, la styliste britannique a participé en 2014, en partenariat avec H&M, au lancement de CleverCare, un nouveau système d’étiquetage pour apprendre aux consommateurs à entretenir leurs vêtements avec moins de lavages.

En un peu plus de quinze ans, Stella McCartney est devenue une actrice incontournable du monde de la mode. Plus encore : la styliste a su imposer sa vision en prouvant qu’il était possible d’allier mode et durabilité.

En savoir plus :

- Márcia de Carvalho, l’alchimiste des chaussettes orphelines

comments powered by Disqus