©Aquion Energy

Aquion, la pile électrique entièrement « verte »

Avec sa technologie brevetée AHI, la start-up américaine Aquion Energy permet d’optimiser enfin l’usage des énergies solaire et éolienne.

Voilà deux siècles que nous utilisons des piles électriques. Bien sûr, elles n’ont pas toujours eu leur forme actuelle, mais elles ont toujours été constituées de métaux lourds tels que le lithium, le mercure, le plomb, ou encore le carbone. Des substances dont la toxicité est démultipliée lorsqu’on sait que la majorité des piles usagées finissent encore dans la nature ou nos déchets ménagers.
C’est dans la nécessité urgente de changer cela qu’Aquion Energy a fait preuve d’une inventivité sans bornes pour créer Aquion Battery, ou l’avenir de la pile électrique.

Une recette miracle

Derrière l’étrange nom d’Aquion, contraction d’ « aqua » et d’ « ion », se cache l’essentiel : du sel et de l’eau. Tandis que le premier (sous forme de sodium) remplace le traditionnel lithium, la seconde sert de base à une solution conductrice. L’énergie, elle, vient du soleil et du vent. Un système révolutionnaire à l’origine d’AHI (Aqueous Hybrid Ion), la technologie brevetée de la start-up, qui a donné naissance à des modules de piles superposées et de taille variable selon leur utilité (recharge d’appareils, alimentation électrique de bâtiments, etc.).

Grâce à ces conteneurs pouvant atteindre près de 1 000 volts, le professeur Jay Whitacre, fondateur d’Aquion Energy, entend résoudre deux problématiques : celle de la demande croissante en énergie à l’échelle mondiale, et celle du manque d’utilisation des énergies renouvelables, lié à la complexité de leur captation et de leur stockage. Le tout avec une innovation dont, précise-t-il avec humour, « les composants sont comestibles », même s’ils ont « un goût affreux ».

De sérieux avantages

Outre la préservation de l’environnement, l’Aquion Battery présente de vraies qualités pratiques. Saviez-vous qu’il faut cinquante fois plus d’énergie pour fabriquer une pile alcaline que celle qu’elle est capable de fournir ? Notamment à cause du traitement que subissent les matériaux classiques au niveau industriel : extraction, acheminement, purification, transformations… Avec le sel, ressource naturelle disponible en abondance, le procédé de fabrication s’en trouve considérablement facilité et ses coûts réduits. Ce qui conduit également à un prix d’achat plus accessible et à un traitement post-usage moins drastique.

Autre avantage, et non des moindres : Aquion dure tout simplement deux fois plus longtemps qu’une pile classique. Et contrairement à cette dernière, elle n’entre pas en surchauffe lors de son utilisation.
À terme, Whitacre souhaite que son invention équipe le monde entier, mais aussi les populations les plus isolées ne bénéficiant pas d’un réseau électrique digne de ce nom. Une perspective qui ne pouvait que séduire des investisseurs tels que Bill Gates, qui, au passage, indique que « toutes les piles [classiques] du monde ne peuvent stocker que 10 minutes du besoin mondial en électricité ».
Ou comment tirer le meilleur de la nature en la valorisant.

En savoir plus :

- Le site Aquion Energy

Image principale : ©Aquion Energy

comments powered by Disqus