Bière Babylone / Beer Project Brussels

Changer le pain en bière

Jadis, à Babylone, on consommait un breuvage proche de la bière fait à base de pain. Ressuscitée par Brussels Beer Project, cette alchimie a donné naissance à une bière qui a bien du caractère.

« Avec 500 kilos de pain, on produit 4 000 litres de bière. Chaque bouteille (33 cl) de bière comprend donc l’équivalent d’une tranche et demie. »

Si l’on en croit la Bible, ce fut le tout premier miracle accompli par Jésus : changer l’eau en vin. Aujourd’hui, c’est le pain qui se voit converti en bière… Mais cette fois, le prodige est avant tout scientifique.
En terme de gaspillage, le pain est bien placé. Comme les consommateurs exigent du pain frais, chaque jour, les grandes surfaces jettent leurs invendus à la poubelle. Il en résulte que le pain représenterait entre 12 et 19 % du gaspillage alimentaire.
Une idée a germé dans l’esprit de Rob Renaerts, qui dirige CODUCO, une association spécialisée dans la consommation durable. Il y a 7 000 ans, la civilisation babylonienne consommait un liquide à base de pain fermenté peu éloigné de nos bières actuelles.
« Je savais que le pain pouvait être utilisé comme base de la fermentation », témoigne l’intéressé.
Après quelques recherches, Rob Renaerts a découvert qu’il existait déjà une bière russe confectionnée à base de vieux pain, le Kwas. Or, en Belgique, rien de tel n’avait encore été tenté. Renaerts a pris contact avec une brasserie atypique en plein cœur de Bruxelles, Brussels Beer Project. Créée en 2013, elle s’est donnée pour mission de développer des bières « vertes » en exploitant des modèles comme le crowdfunding.
« La bière et le pain requièrent des céréales très proches dans leur conception », confirme Antoine Dubois, responsable R&D de Brussels Beer Project.
En réalité, il a fallu une année de recherches pour découvrir comment assimiler les céréales de la bière et du pain. La formule a été trouvée : une poignée de farine de pain pour deux poignées (70 %) de malt d’orge.
Le nom du nouveau breuvage coule de source : Babylone.

©creativeroom

Étapes de fabrication

Chaque jour, Brussels Beer Project récupère des pains blancs et des pains gris, faits à base de farine de froment, dans les supermarchés Delhaize.
Cette cargaison est transportée à l’Atelier Groot Eiland, une entreprise de réinsertion sociale. Sur place, un employé chauffe les pains à 180 degrés, les sèche et ensuite les passe au mixeur pour obtenir une farine : la source de sucre pour la fermentation alcoolique de la nouvelle bière.
« Avec 500 kilos de pain, on produit 4 000 litres de bière. Chaque bouteille (33 cl) de bière comprend donc l’équivalent d’une tranche et demie », explique Olivier de Brauwere, l’un des fondateurs de Brussels Beer Project.

Une bière qui a du goût

Quid de son goût ? Selon divers dégustateurs, la Babylone aurait un goût « légèrement toasté et un peu de caramel ». Un autre spécialiste évoque « une bouche longue et résineuse ».
Brussels Beer Project espère produire environ  600 000 bouteilles de Babylone par an. Ce qui enchante ses responsables : « Tout le monde est gagnant : les supermarchés, les consommateurs et l’environnement. ».

 

Image principale : Bière Babylone / Beer Project Brussels

comments powered by Disqus