Getty Images

Des champignons circulaires et solidaires

Recycler le marc de café pour faire pousser des pleurotes en intégrant une dimension d’insertion sociale dans le projet : c’est le pari réussi de LBAC et de ses Boîtes à champignons.

Avec ces Boîtes à champignons, récoltez en quinze jours, dans votre cuisine, des pleurotes gris ou jaunes, et prêts à consommer.

Pousser comme des champignons… L’expression n’a jamais été aussi bien utilisée qu’avec l’initiative « upcycle » de LBAC, littéralement « valoriser par le recyclage ». Tout commence en 2011. Agroéconomiste, Cédric Péchard décide de produire des aliments ultrafrais à partir de biodéchets urbains.

Son choix se porte sur la culture de champignons via du marc de café recyclé et… déjà pasteurisé puisqu’il est passé par la machine à café et les distributeurs automatiques d’Île-de-France où il est recueilli.

Renforcé par les connaissances en agriculture urbaine de Grégoire Bleu et celles d’Arnaud Ulrich qui planche sur la Boîte à champignons, le projet fait son chemin.

En 2012, une première champignonnière urbaine voit le jour à Paris, dans un container frigorifique en fin de vie. Le principe est simple. Marc de café, mycélium et sciure de bois sont enfermés dans de grands sacs. Quelques semaines plus tard, ils donnent naissance à des pleurotes.

La première récolte est tellement qualitative et gustative qu’elle séduit de grands chefs comme Yannick Alléno ou encore le Collège culinaire de France. La marque de pleurotes Monte Cristo est créée en 2013. Elle entre même au menu de l’Élysée. En 2014, LBAC s’installe au cœur du marché de Rungis. Aujourd’hui, près de 1 500 restaurants parisiens sont livrés.

Une économie circulaire et solidaire

Depuis sa création, l’entreprise souhaite ajouter une dimension sociale à son projet écologique. Cela passera par l’embauche de personnes en insertion professionnelle via Ateliers sans frontières.

Après la Boîte à champignons « pour les nuls » préparée en Île-de-France pour cultiver des pleurotes chez soi de manière simplissime, LBAC lance en 2015 une nouvelle version, qui permet de transformer soi-même les déchets du café : une fois vos 600 g de marc récupérés, l’entreprise vous envoie le mycélium. Votre culture peut commencer. En quinze jours, vous obtenez une première récolte de pleurotes gris ou jaunes.

Et le recyclage ne s’arrête pas là puisque l’amendement restant (un amendement est un matériau apporté à un sol pour améliorer sa qualité agricole) sert ensuite pour fertiliser les sols ou les potagers.

Pour 2016, LBAC affiche ses ambitions : 1 000 tonnes de marc recyclé, 80 % des ventes à moins de 10 km des « U-Farm » (fermes urbaines), 100 tonnes de pleurotes cultivés, du travail pour 10 personnes en insertion et un complément de revenu pour 20 maraîchers partenaires.

La start-up souhaite dupliquer le modèle dans d’autres villes françaises et assure que 30 m2 suffisent pour produire 5 tonnes de champignons à l’année.

Offrir un produit sain, distribué localement et conçu à partir de déchets domestiques, c’est l’équation solidaire, citoyenne et écologique que les inventeurs de La Boîte à Champignons continuent de développer.

Image principale : Getty Images

comments powered by Disqus