Getty Images

Des champignons pour recycler les batteries

Pour récupérer le lithium des batteries de Smartphones ou de voitures électriques usagées, des chercheurs américains ont utilisé des champignons présents sur les aliments en décomposition.

Aspergillus niger fait aujourd’hui banalement partie de notre quotidien, mais il pourrait devenir une véritable star de demain. Ce champignon filamenteux, c’est la moisissure de couleur noire qui se forme sur les fruits et légumes en décomposition.

Comme Penicillium simplicissimum, qui se développe lui aussi sur les aliments et les végétaux en décomposition, et Penicillium chrysogenum, que l’on rencontre dans les intérieurs humides, il a la capacité d’extraire les métaux stockés dans les batteries lithium-ion usagées qui pullulent avec l’essor des Smartphones et le développement des voitures hybrides et électriques.

Une pulvérisation de champignons pour extraire cobalt et lithium

C’est l’étonnante découverte réalisée cet été par une équipe de scientifiques de l’université de Floride du Sud dirigée par Jeffrey A. Cunnigham et Valerie Harwood. Il suffit de pulvériser ces champignons sur les cathodes des batteries pour qu’ils génèrent naturellement des acides organiques capables de récupérer jusqu’à 85 % du lithium et plus de 40 % du cobalt.

Outre les possibilités de recyclage considérables qu’elle apporte, cette découverte présente l’avantage d’employer une méthode naturelle, alors que celles que l’on utilise actuellement pour séparer le lithium du cobalt nécessitent de hautes températures et utilisent des produits chimiques agressifs, pour un coût élevé de surcroît.

Image principale : Getty Images

comments powered by Disqus