WHIM architecture

Des îlots flottants durables en plastique recyclé

À Rotterdam, le projet Recycled Park ambitionne de collecter et recycler les détritus plastique de la Nouvelle Meuse. À la clé, la création de parcs flottants durables.

Une machine nommée « pêcheur de plastique » pourra extraire près de 100 tonnes de déchets plastique par an, juste avant qu’ils ne se déversent dans la mer du Nord.

Collecter les détritus de la Nouvelle Meuse qui traverse Rotterdam avant qu’ils n’atteignent la mer du Nord et les recycler en nouveaux matériaux servant à construire des îlots flottants durables : c’est le pari insolite du projet Recycled Park en cours d’expérimentation.

Soutenu par la mairie de Rotterdam, la province de Hollande-Méridionale et le gouvernement des Pays-Bas, le cabinet d’architecture néerlandais WHIM ‒ associé à la Recycled Island Foundation ‒  a planché sur un projet inédit. Baptisé Recycled Park, il vise la collecte et la transformation des déchets plastique en blocs modulaires de 2 m de long environ pouvant servir, une fois assemblés, à la construction de véritables îlots flottants.

Plusieurs expertises ont été sollicitées pour concrétiser le projet : celle de l’université de Wageningen pour le recyclage des déchets et le mode de clipsage des blocs, celle du studio Better Future Factory pour l’ingénierie, ou encore celle d’HEBO Maritiemservice qui a l’expérience du nettoyage du port de Rotterdam. Recycled Park se fixe pour objectif de redonner de la valeur à la rivière et de créer de nouveaux paysages urbains modulables en matériaux recyclés.

Rotterdam, ville portuaire et cœur industriel

Deuxième ville des Pays-Bas aux imposantes infrastructures portuaires, Rotterdam est traversée par la Nieuwe Maas (Nouvelle Meuse), qui serpente sur près de 24 km dans le pays et charrie chaque année d’importantes quantités de détritus plastique jusqu’à l’embouchure de la mer du Nord. La ville industrielle est donc le point de collecte privilégié de ces éléments en plastique, dont 98 % flottent à la surface de l’eau, ce qui leur confère un fort potentiel de recyclage.

Déjà en activité dans le port, une machine de collecte spécifique, la « Plastic Visser », sépare et déchiquette les déchets plastique. Une fois recyclés, ceux-ci se muent en blocs de construction qui seront assemblés comme un puzzle pour créer des berges et plateformes artificielles, des îlots de verdure ou des parcs. À l’air libre, la surface poreuse des blocs permettra le développement de tout un écosystème où plantes, mousses et petits végétaux pourront pousser. Quelques arbres y seront plantés pour favoriser la venue des oiseaux.

Quant à la partie immergée de la plateforme, elle pourra retenir des algues et des espèces marines utiles aux poissons. Bref, un véritable biotope né des détritus.

À terme, ce Recycled Park pourrait accueillir des parcours sportifs, des espaces culturels, des aires de jeux et de promenade, et ajouter des espaces verts à la ville tout en contribuant à sa biodiversité. Une idée qui confirme le leadership de Rotterdam en matière de développement durable en milieu urbain.

Image principale : WHIM architecture

comments powered by Disqus