Getty Image

En Californie, on a testé la bière aux eaux grises

En Californie, où la sécheresse frappe chaque année, un architecte et une brasserie artisanale proposent une bière fabriquée à partir d’eau recyclée.

La Californie affronte chaque année des sécheresses dévastatrices. Grosses consommatrices d’eau ‒ pour produire 1 litre de bière, il faut entre 4 et 6 litres d’eau ‒, les brasseries artisanales doivent donc faire preuve d’inventivité. Elles sont nombreuses à réfléchir à de nouveaux process permettant de préserver la ressource. Mais beaucoup d’entre elles continuent à se réapprovisionner... par camions-citernes d’eau potable.

Une technologie de recyclage venue de l’espace

Cette situation a mis en colère un architecte : Russ Drinker. Obsédé par l’idée de faire appel au recyclage de l’eau plutôt que de seulement l’économiser, il a pris son bâton de pèlerin pour aller rencontrer les brasseries artisanales californiennes. Seule une d’entre elles, basée au sud de San Francisco, a accepté de revoir ses process : la Half Moon Bay Brewing Company.

Elle a utilisé des « eaux grises » ‒ des eaux issues de la douche, des éviers et des machines à laver ‒, traitées selon une méthode mise au point par la Nasa via un procédé d’osmose inverse. Puis, des rayons ultraviolets tuent les bactéries indésirables qui pourraient continuer à barboter. Un procédé utilisé par l’astronaute Scott Kelly et le cosmonaute Mikhail Kornienko, tout juste redescendus de leur long séjour d’un an dans la Station spatiale internationale (ISS).

Faire entrer les eaux grises dans le réseau

En octobre dernier, à l’occasion d’un colloque sur le développement durable qui a eu lieu dans la baie de San Francisco, la Mavericks – la bière standard de la Half Moon Bay Brewing Company – a été proposée à la dégustation. Pas un des cobayes n’a pu différencier celle fabriquée avec les eaux grises de celle brassée comme d’habitude avec l’eau de la ville.

Pourtant, si le bénéfice en termes de préservation des ressources est évident, cette bière aux eaux grises ne sera pas fabriquée. Le procédé de traitement non industrialisé reste très coûteux. De plus, à ce jour, l’État de Californie n’autorise pas à réinjecter des eaux recyclées dans le réseau d’eau potable.

Du coup, la Mavericks aux eaux grises pourrait devenir un cheval de bataille pour sensibiliser les politiques et le grand public à la question de l’eau qui, en Californie, fait si cruellement défaut.

Image principale : Getty Image

comments powered by Disqus