Getty

La nouvelle économie du plastique

Modèle circulaire, production responsable… Un peu partout dans le monde, des initiatives émergent pour trouver une solution au fléau des déchets plastiques.

En 2014, 311 millions de tonnes de plastique ont été produites dans le monde et 8 millions de tonnes de déchets plastiques ont été rejetées dans les océans. C’est le constat alarmant révélé dans le dernier rapport de la Fondation Ellen MacArthur. Il estime en outre que d’ici 2050, la mer contiendra plus de déchets plastiques que de poissons...

Il est donc indispensable de mettre en place une nouvelle économie du plastique, plus responsable et plus durable. Le potentiel est immense ! Depuis déjà quelques années, de nombreuses initiatives émergent dans cette direction : qu’il s’agisse de développer des modèles plus circulaires ou encore de mettre au point de nouvelles méthodes de production.

En France, la PME Canibal, qui collecte les gobelets en plastique dans les entreprises, a récemment fait breveter son invention « Caniplac ». Un écomatériau mis au point en mélangeant le plastique fondu des gobelets avec des matières minérales. Les plaques de contreplaqué qui en résultent sont destinées à fabriquer du mobilier, des revêtements de sol ou encore des cloisons.

Même principe en Afrique, où une nouvelle solution de recyclage commence à se répandre dans plusieurs pays. Les déchets plastiques sont fondus et mélangés à du sable dans le but de créer des briques. Celles-ci servent ensuite dans la construction des habitations ou tout simplement pour paver les rues.

Du côté des nouveaux modèles de production responsable, l’entreprise new-yorkaise Ecovative a réussi à mettre au point un matériau semblable au polystyrène, mais biodégradable. Son ingrédient secret : un champignon ! L’entreprise récupère les restes de l’agriculture locale (déchets de coton, enveloppe de maïs, etc.), les mixe avec de l’eau et des nutriments puis y incorpore le mycélium de ses champignons. Le mélange est ensuite placé dans des moules pendant quatre jours, le temps d’incubation nécessaire pour que le champignon se développe jusqu’à réunir toutes les propriétés du polystyrène. Une formule qui a déjà séduit le constructeur d’ordinateurs Dell pour la production de certains de ses composants.

La société SPhere, le leader européen des emballages ménagers, a elle aussi mis au point un plastique à partir de ressources naturelles : « Blueplast ». Sa particularité : il se biodégrade entièrement au contact de l’eau, en seulement deux ans. Une manière de lutter contre la pollution maritime. Mais surtout une invention qui peut nous faire espérer que les poissons seront encore pendant longtemps les principaux habitants des océans...

 

Image principale : Getty

comments powered by Disqus