GettyImages - 576797691

Les drêches, une ressource précieuse pour les brasseurs

Et si les drêches, sous-produits de la fabrication de la bière, permettaient aux brasseurs de faire tourner leurs usines ? C’est l’idée de Veolia, qui expérimente plusieurs pistes de valorisation énergétique.

Le problème, pour les gros brasseurs mondiaux, c’est que les quantités de drêches qu’ils produisent sont bien trop importantes pour être écoulées auprès des éleveurs locaux.

Le problème, pour les gros brasseurs mondiaux, c’est que les quantités de drêches qu’ils produisent sont bien trop importantes pour être écoulées auprès des éleveurs locaux.

Les drêches ou comment s’en débarrasser… Produites à partir du malt, dérivé de l’orge, elles résultent de la filtration du moût en fin de saccharification, le processus qui permet d’éliminer tous les résidus solides avant la fermentation. Les drêches représentent 80 % des sous-produits issus de la fabrication de la bière. La fabrication de 100 litres de bière en génère 10 à 20 kilos. C’est beaucoup, surtout quand on sait que le marché mondial de la bière connaît depuis quelques années une phase de consolidation et que la production des grandes brasseries se mesure désormais en millions d’hectolitres. Ceci représente donc des dizaines de milliers de tonnes de drêches à évacuer par an sur chaque site !

Comment valoriser ces résidus ? Riches en énergie, en protéines et en minéraux, ils sont généralement récupérés par les agriculteurs pour l’alimentation des bovins. Le problème, pour les grands brasseurs mondiaux, c’est que les quantités de drêches qu’ils produisent sont bien trop importantes pour être écoulées auprès des éleveurs locaux, ce qui implique des coûts de transport élevés.

Face à cette situation, Veolia propose aux brasseries des solutions alternatives de valorisation, en complément de l’alimentation animale. L’idée ? Transformer les drêches en énergie renouvelable dans une démarche d’économie circulaire. En 2015, le Groupe lançait un projet afin de tester plusieurs pistes de production d’énergie et d’évaluer leur portée technique et économique par rapport aux solutions existantes.

Quelle que soit la méthode retenue, le projet permettra de répondre à plusieurs besoins exprimés par les brasseries : valoriser les drêches de façon efficiente ; couvrir une partie des besoins énergétiques des installations tout en réduisant la dépendance aux énergies fossiles ; offrir un débouché compatible avec l’alimentation animale de proximité, en bref, améliorer leur démarche écoresponsable et la faire valoir auprès du public.

Image principale : GettyImages - 576797691

comments powered by Disqus