cc-devebere

Quand la bouteille plastique se change en architecture

Une idée originale pour recycler les déchets ? Grâce à deux étudiants en architecture, des bouteilles plastiquese transforment en construction éphémère.

De prototypes en expérimentations, les architectures durables prennent de la bouteille... plastique ! Pour qui sait les utiliser, ces récipients en PET - polytéréphtalate d’éthylène, un polyester hyper-consommateur en pétrole raffiné - se révèlent bien plus intéressants que lebanal emballage jetable auquel on pourrait les réduire, à condition de savoir les détourner. C’est le cas de deux jeunes architectes, le Polonais Maciej Siuda et l’Espagnol Rodrigo Garcia Gonzalez, qui, en 2012, séduisent la Biennale d’architecture de Venise avec leur structure gonflable et gonflée, entièrement réalisée à partir du contenant transparent. Son principe est simple : baptisé Devebere, leur projet se compose d’un sac rempli de déchets, en l’occurrence des bouteilles plastique, dont l’air est aspiré pour créer une forme.

A Venise en Italie, la structure en bouteilles se métamorphose en place de marché, coupole que les marchands peuvent construire eux-mêmes à partir de déchets récupérés sur place.

25 000 bouteilles utilisées !

Arche ou dôme, tout est permis, pour une architecture temporaire qui s’adapte à l’endroit et au type de déchets rencontrés. A Venise, leur structure se métamorphose donc en place de marché, coupole édifiable sur n’importe quel campo de la ville, et que les marchands peuvent construire eux-mêmes à partir des débris récupérés sur place. Permettant à tout un chacun de se lancer dans la récup’, l’idée remporte ainsi le concours européen Gau:di, compétition étudiante organisée par la Cité de l’architecture et du patrimoine. Depuis, leur construction se fait nomade et se métamorphose en fonction du lieu et des matériaux : après l’Italie, c’est au tour de la Pologne de recevoir la surprenante structure, ses arcades saphir ponctuées de bouchons bleus s’arrondissant au musée d’Art contemporain de Wrocław, puis, en juillet, dans la petite ville de Kielce. Plus de 25 000 bouteilles y démontrent qu’elles sont aussi valables que le banal parpaing. A bien y réfléchir, cette quantité n’est d’ailleurs pas si imposante si l’on songeau nombre de récipients vidés ne serait-ce que chaque été partout sur la planète... Esthétiques et flexibles, les arches éphémères se lanceront-elles dès lors dans un tour du monde ?

Image principale : cc-devebere

comments powered by Disqus