Photothèque VEOLIA - Christophe Majani d’Inguimbert

Quand les déchets produisent de l’électricité

À défaut de pouvoir recycler les déchets « ultimes », Veolia recycle le biogaz que ceux-ci dégagent sur le site d’enfouissement de Laogang, à Shanghai. À ce jour, c’est la plus grande installation de ce type en Asie.

Dans le district de Pudong, le quartier le plus moderne de Shanghai, situé sur la rive est du fleuve Huangpu, le site d’enfouissement de Laogang absorbe chaque jour jusqu’à 5 000 tonnes de déchets. Cela représente un tiers des ordures produites quotidiennement par les 24 millions d’habitants de la mégalopole chinoise. Entreposées de façon à éviter tout échange avec le milieu naturel, elles sont compactées et recouvertes.

Si l’enfouissement est le mode de traitement des déchets le plus traditionnel et le plus répandu, il génère toutefois d’importantes quantités de biogaz, produit par la fermentation des matières organiques en l’absence d’oxygène et composé essentiellement de méthane (de 50 à 70 %) et de dioxyde de carbone.

Et si, à défaut de pouvoir recycler ce type de déchets dits ultimes, on pouvait « recycler » le biogaz qu’ils dégagent ? C’est l’idée qu’a proposée Veolia à la ville de Shanghai en 2008.

Forte de son expertise technique, l’entreprise a conçu, construit et aujourd’hui exploite un projet de captage et de valorisation du gaz, principalement du méthane, dans le cadre d’un contrat de partenariat public-privé d’une durée de 25 ans.

Cette solution, qui comprend l’installation d’un système de collecte et de prétraitement du biogaz et d’une unité de production d’électricité, présente un double avantage : d’une part, elle permet d’éviter de laisser s’échapper dans l’atmosphère un puissant gaz à effet de serre (le méthane a un pouvoir de réchauffement 28 fois supérieur à celui du CO2) et, d’autre part, elle améliore l’efficacité énergétique du site de Laogang, désormais capable de produire de l’électricité pour son propre usage ou pour la vendre au réseau public de Shanghai.

Le projet a été répertorié par les Nations unies comme « mécanisme de développement propre », élaboré dans le cadre du protocole de Kyoto et visant à encourager les pays émergents à réduire leurs émissions de CO2. Par ailleurs, il illustre l’engagement de Veolia d’augmenter le taux de capture du méthane sur les centres d’enfouissement gérés par le groupe partout dans le monde. Le taux de capture de 56 % aujourd’hui devrait passer à plus de 60 % en 2020.

Aujourd’hui, à Laogang, onze générateurs d’une capacité installée de 15 MW permettent de produire environ 100 000 MWh d’énergie verte par an, l’équivalent de la consommation de 100 000 foyers. En 2014, 60 millions de m3 de biogaz ont été récupérés et traités, réduisant ainsi les émissions de méthane de 25 800 tonnes (l’équivalent de 542 000 tonnes de CO2).

Image principale : Photothèque VEOLIA - Christophe Majani d’Inguimbert

comments powered by Disqus