Photothèque Veolia - Stéphane Lavoué

A Budapest, une station d’épuration autonome en énergie

L’usine de traitement des eaux usées de Budapest Sud est l’une des plus autonomes en énergie au monde. Elle se « nourrit » de boues d’épuration et de déchets biodégradables.

Aujourd’hui, certaines stations d’épuration ne se contentent plus de traiter les eaux usées, elles produisent également des ressources comme de l’eau recyclée, des engrais pour l’agriculture ou de l’énergie verte. Dans l’usine de traitement des eaux usées de Budapest, la filiale hongroise de Veolia - Budapest Sewage Works (FCsM) -, a mis au point un ingénieux système de codigestion qui a permis d’augmenter la production de biogaz et d’atteindre une autonomie énergétique presque totale. Explications.

Budapest Sud est une usine de traitement des eaux usées, qui dessert une population de 1,8 million d’habitants et valorise ses boues d’épuration en biogaz depuis plus de 50 ans. À partir de 2004, Veolia décide d’améliorer le rendement énergétique du site pour parvenir à un niveau maximal d’autonomie. Problème : la quantité de matière organique disponible sur place n’est pas suffisante pour atteindre cet objectif. De nouvelles sources de biodéchets sont nécessaires.

Or les industriels, supermarchés et restaurants locaux disposent d’importantes quantités de déchets organiques dont ils ne savent que faire : invendus, résidus de fabrication, huiles et graisses de friture usagées… La solution paraît évidente : récupérer ces déchets, les mélanger aux boues pour « nourrir » le digesteur de l’usine et obtenir plus d’énergie grâce à la codigestion. Avec un défi à relever : traiter de manière efficace les produits alimentaires périmés qui sont encore emballés et ne peuvent pas être placés en l’état dans un digesteur. De plus, les produits non emballés, ainsi que d'autres déchets organiques, doivent être préparés pour la fermentation.

Emballé, c’est valorisé

Afin d’apporter une solution à ces deux problèmes, Veolia a développé et breveté une technologie innovante, baptisée Ecrusor. Installé à l’usine de Budapest Sud en 2007, le dispositif permet de trier et broyer les déchets biodégradables en vue de la production de biogaz par méthanisation. Il sépare les déchets organiques liquides et solides (produits alimentaires périmés, ingrédients non utilisés, déchets de cuisine, etc.) de leur emballage et les transforme en une pâte homogène convenant à la digestion et facilement mixable avec les boues. Les résidus d’emballage sont quant à eux hachés pour incinération ou stockage dans une décharge.

Grâce à ce procédé, la consommation d’électricité de l’usine de Budapest Sud a diminué de 20 %. L’installation génère quatre fois plus de biogaz qu’auparavant (de 6 000 à 24 000 Nm3 par jour) et produit trois fois plus d’électricité (de 4 500 à 14 000 MWh par an), ce qui a permis d’atteindre en moyenne 90 % d’autonomie énergétique. En période de faible consommation de l'usine, sa production d'énergie électrique est supérieure à sa consommation. Cet excédent est alors vendu au réseau électrique national, ce qui permet à l’usine de réaliser d'importantes économies supplémentaires.

Image principale : Photothèque Veolia - Stéphane Lavoué

comments powered by Disqus