©SARP Industrie

Dans le port du Havre, on recycle le CO2

Dans les cheminées de l’usine Sedibex, une unité pilote capte le CO2 contenu dans les fumées et le valorise pour les industriels voisins.

Implantée dans la zone portuaire du Havre, l’usine Sedibex traite les déchets de 450 industries situées aux alentours. Exploitée par SARP Industries, une filiale de Veolia, Sedibex s’est très tôt illustrée dans le domaine de l’économie circulaire.

En effet, son activité de traitement des déchets génère chaque année 300 000 tonnes de vapeur et 9,5 MkWh d’électricité. Autant d’énergie que l’usine redistribue aux différentes industries du port. En 2009, Sedibex a souhaité franchir une nouvelle étape en matière d’écologie industrielle : capter et valoriser le CO2 contenu dans ses fumées.

Valoriser le CO2

Pour relever ce défi, le pôle Recherche & Innovation de Veolia et l’école d’ingénieurs INSA de Rouen se sont associés au sein du projet « Siroco ». Ensemble, ils ont mis au point un procédé de captage utilisant une molécule de la famille des amines.

Cette technologie a d’abord été testée – avec succès – en laboratoire. Ce qui a permis d’installer, en 2011, une unité pilote dans les cheminées de Sedibex. Pendant deux ans, la faisabilité du procédé a été étudiée. Dans la mesure où les fumées renferment différents constituants (azote, vapeur d’eau, oxygène, etc.), l’enjeu était surtout de réussir à capter uniquement le CO2.

Créer une boucle locale vertueuse

Au vu des bons résultats, un pilote industriel a été mis en place en 2013. L’objectif, à terme, est de redistribuer le CO2 capté à deux industries de la région, afin qu’elles s’en servent comme matière première pour produire des additifs pour lubrifiants industriels (huiles, graisses, etc.).

Le CO2 de Sedibex leur permettra ainsi de réduire leurs coûts et leur empreinte environnementale. En effet, il remplacera le CO2 liquide qu’elles utilisent actuellement, dont la fabrication est très vorace en énergie et qu’il faut acheminer par camion.

Si cette unité pilote n’en est encore qu’à ses débuts, elle ouvre néanmoins de belles perspectives de collaboration. Comme cela a été souligné dans une des conférences 2C à La REcyclerie, connecter les acteurs d’un territoire pour créer des boucles locales vertueuses est l’un des plus grands défis de l’économie circulaire.

Image principale : ©SARP Industrie

comments powered by Disqus