REDISA

En Afrique du Sud, le pneu a de l’avenir

En Afrique du Sud, REDISA collecte et valorise les pneus usagés tout en créant des milliers d’emplois dans les quartiers les plus défavorisés.

Depuis sa création en 2012, REDISA a récolté plus de 150 000 tonnes de déchets de pneus et contribué à la création de 3 000 emplois en Afrique du Sud.

L’industrie sud-africaine du pneumatique produit environ 10 millions – soit 200 000 tonnes – de pneus usagés chaque année, dont moins de 5 % sont recyclés. On estime à plus de 60 millions le nombre de vieux pneus qui s’accumulent aujourd’hui dans les décharges du pays. Ils sont souvent stockés illégalement ou simplement abandonnés dans la nature. Or, ces déchets indésirables représentent un risque d’incendie et une source de pollution considérable, car leur combustion émet des fumées toxiques. Ils sont également une menace importante pour la santé puisqu’ils favorisent la prolifération de plusieurs espèces de moustiques. En 2012, face à ces enjeux, l’Afrique du Sud prenait une décision forte : obliger les fabricants à adopter un plan de gestion des pneus usagés. L’objectif étant à la fois de minimiser l’impact négatif des pneumatiques sur l’environnement et sur l’homme, et de structurer un marché de valorisation économiquement viable. C’est là qu’intervient REDISA.

La Recycling and Economic Development Initiative of South Africa propose aux producteurs et aux importateurs de pneus, contre une cotisation, de lui déléguer la collecte et le traitement des pneus hors d’usage. Cette organisation indépendante fournit l’infrastructure nécessaire pour récupérer les déchets de pneus à travers tout le pays et les distribuer aux recycleurs agréés ; elle soutient les initiatives de valorisation des pneus usagés visant à leur réemploi, leur réutilisation ou leur recyclage ; elle investit en R&D pour améliorer la durée de vie et le recyclage des pneus. Concrètement, les pneus sont ramassés par des collecteurs auprès des magasins ou dans les zones urbaines, ils sont acheminés vers des dépôts par des transporteurs, stockés, puis transportés de nouveau aux recycleurs. « Avant que REDISA existe, l’Afrique du Sud affichait un taux de recyclage [des déchets de pneus] de 4 %. Nous avons été capables de le porter à 19 % à la fin de l’année 2014, et nous sommes bien partis pour l’accroître encore davantage », annonçait en 2015 le PDG de REDISA Hermann Erdmann au Guardian.

Ce plan a également permis de créer de nombreux emplois. Les organisations et les particuliers peuvent en effet s’inscrire pour être collecteurs, transporteurs ou recycleurs de pneus. Avec un taux de chômage supérieur à 25 % – principalement chez les jeunes –, l’emploi est un enjeu économique et social prioritaire en Afrique du Sud. Hermann Erdmann est convaincu que l’émergence d’initiatives dans l’économie circulaire peut apporter une solution concrète à ce problème. Au total, REDISA aurait déjà récolté plus de 150 000 tonnes de déchets de pneus et contribué à la création de 3 000 emplois, dont 98 % attribués aux personnes les plus défavorisées.

Image principale : REDISA

comments powered by Disqus