DR

En Chine, un ticket de métro se paye en recyclant !

Depuis 2012, un programme pilote initié dans le métro pékinois sensibilise les usagers au recyclage de leurs bouteilles en plastique vides grâce à un système aussi simple qu’ingénieux.

Pékin, métro, ligne 10. Ici et là, on peut voir de grands distributeurs bleu et blanc. Boissons ? Sucreries ? Ni l’un ni l’autre. En fait, ce ne sont pas des distributeurs, mais des machines à recycler les bouteilles en plastique.

Simple comme « nihao »

Après avoir inséré votre bouteille vide, la bête identifie cette dernière via son code-barres (et si jamais celui-ci n’est pas lisible, votre déchet vous sera rendu !). Vingt secondes plus tard, la bouteille est broyée. Mais ça ne s’arrête pas là… Au bout de quelques secondes supplémentaires, on vous délivre un ticket : vous venez de gagner dix centimes de yuan* sur votre carte de transport.

Pourquoi ça marche ?

À raison d’une capacité de 400 bouteilles récoltées par jour, ces broyeurs, installés par la firme chinoise INCOM spécialisée dans le recyclage, sont une réelle contribution à la préservation de l’environnement. Bien sûr, l’incitation à les utiliser est relative, dans la mesure où le crédit varie, en fait, de cinq à dix centimes selon la taille de la bouteille. Sans compter qu’un titre de transport coûte deux yuans, soit vingt bouteilles à fournir pour voyager gratuitement. Mais l’intérêt n’est pas là : les broyeurs INCOM sont avant tout des outils de sensibilisation.

Usagers et médias s’accordent : l’initiative a du succès

Dans un lieu comme le métro, brassant beaucoup de monde chaque jour, la possibilité de faire un geste en faveur de l’écologie en moins d’une minute ne peut que faire des émules. Loin des efforts habituels à fournir, comme le stock de déchets à trier chez soi, puis le déplacement jusqu’à une borne de collecte, le respect de l’environnement se montre ici ultra-simple, accessible à tous, tout en offrant un bénéfice immédiat, même s’il est symbolique !

Dans une ville produisant chaque année près de 200 000 tonnes de bouteilles en plastique contenant toutes du PET, la firme INCOM permet de recycler 50 000 tonnes d’entre elles. Pour cette raison, elle annonçait en 2013 son ambition d’installer jusqu’à 3 000 appareils sur d’autres lignes du métro,  mais aussi aux arrêts de bus, dans les écoles et les centres commerciaux, en étendant le broyage à d’autres matériaux, comme les cannettes métalliques.

* 1 yuan = 0,12€

Pour en savoir plus :

- Le site officiel (en anglais) d’INCOM

Image principale : DR

comments powered by Disqus