© Getty Image / E+

Énergie et eau, deux ressources intimement liées

Les relations entre l’énergie et l’eau seront au centre des échanges qui auront lieu lors de la World Water Week de Stockholm, du 31 août au 5 septembre 2014.

Durant six jours, des centaines d’experts, de décideurs politiques, d’entreprises et d’organisations internationales convergeront vers Stockholm pour réfléchir, ensemble, aux problématiques liées à l’eau.

Penser la gestion de l’eau et de l’énergie comme un système permet d’entrer dans un cercle « écologiquement » vertueux.

Le thème de cette nouvelle édition s’articule autour des relations entre l’énergie et l’eau. Associer ces deux ressources que tout oppose peut paraître surprenant. Elles sont pourtant intimement liées. Sans eau, il n’y a pas de production d’énergie et sans énergie, il n’y a pas d’eau potable. Elles sont aussi toutes les deux indispensables pour satisfaire nos besoins fondamentaux. Dans les trente prochaines années, la croissance démographique et l’urbanisation des pays en développement augmenteront considérablement la demande en énergie. Nos ressources en eau douce, elles, se raréfient.

L’eau est cruciale à chaque étape de la production d’électricité et de carburant. Elle est par exemple nécessaire pour refroidir les équipements des centrales thermiques et alimenter leurs chaudières. On consomme environ 2 500 litres d’eau pour produire 1 litre de biocarburant, notamment pour la culture des plantes. Pour extraire un baril de pétrole brut, il faut entre 3 et 5 litres d’eau, parfois plus. En injectant de l’eau dans un gisement, on améliore en effet son rendement...

Économiser l’énergie permet donc d’économiser l’eau. Mais peut-on réduire drastiquement notre consommation ? Pas si simple...

Pour approvisionner les populations en eau potable, il faut de l’énergie. De l’énergie pour pomper, traiter, transformer l’eau douce en eau potable. Dans les années à venir, dans un contexte d’épuisement des réserves d’eau douce, il faudra encore plus de ressources énergétiques pour garantir sa disponibilité et sa qualité. Déjà, au Moyen-Orient, certains pays sont contraints de recourir à des techniques de dessalement gourmandes en énergie.

Mais si l’eau et l’énergie sont interdépendantes, la gestion de ces deux ressources n’est pas forcément coordonnée. S’il est désormais admis qu’il faut les gérer durablement et efficacement, la prise de conscience qu’il faut les gérer « ensemble » est nouvelle.

Penser systématiquement la gestion de l’eau et de l’énergie comme un système permet donc d’entrer dans un cercle vertueux.

Il faut combiner les politiques de gouvernance de l’eau et de l’énergie ; mettre en place des synergies entre les secteurs d’activité et entre les différents acteurs impliqués ; et imaginer des solutions à la fois efficaces énergétiquement et sobres en eau.

Déjà, partout dans le monde, de nouvelles initiatives fleurissent. Dans le Queensland, en Australie, l’eau utilisée dans la production de gaz naturel par BG Group est traitée et recyclée pour être réutilisée dans l’industrie et l’agriculture. Le « thermos » de la ville de Borås, en Suède, stocke l’énergie issue de la biomasse et des déchets en été, pour approvisionner le réseau de chauffage urbain pendant l’hiver. À Paris Val d'Europe, l’énergie de récupération issue des data centers va permettre d’alimenter en chauffage et en eau chaude des maisons et des bureaux. À Suzhou, en Chine, une usine de traitement des eaux usées permet à la fois de réduire la consommation d’eau et de ressources énergétiques et de produire une énergie plus propre.

Des initiatives qui seront célébrées tout au long de la World Water Week et qui le sont tous les jours, ici, sur #livingcircular.com.

En savoir plus :

- Thematic Scope : Energy and Water
- De l’eau pour l’énergie ! Production de carburants et d’électricité
- Eau-énergie

Image principale : © Getty Image / E+

comments powered by Disqus