Photothèque Veolia - Rodolphe Escher

Faire pousser des tomates grâce aux déchets

À Lapouyade, Veolia achemine la chaleur issue du centre de stockage des déchets jusqu’aux serres à tomates des Paysans de Rougeline. Un modèle circulaire qui profite à toute l’économie locale.

Lapouyade n’a pas fini de faire parler d’elle. Cette petite commune du Sud-Ouest vient d’inaugurer la première éco-serre française chauffée grâce à l’énergie issue de la fermentation des déchets. Le projet a vu le jour en 2015, en partenariat avec Veolia et le réseau de producteurs « Les Paysans de Rougeline ». Retour sur une innovation originale.

Produire de l’énergie avec des déchets

Lapouyade compte 490 habitants… et une installation de stockage de déchets non dangereux ! Mise en service en 1996, l’unité est gérée par Veolia et reçoit chaque année plus de 400 000 t de déchets ménagers issus de toute la région. En fermentant, la partie organique des déchets dégage du biogaz. Celui-ci est récupéré et transformé en électricité grâce à huit puissants moteurs à turbine. L’électricité produite est vendue à ERDF qui la redistribue ensuite au réseau local.

En 2015, la mairie de Lapouyade a décidé de mettre l’installation de stockage des déchets au service de l’économie locale. Objectif : utiliser l’énergie qui y est produite pour dynamiser la production agricole.

Une serre à tomates alimentée à la chaleur fatale

Pour ce faire, Veolia a proposé une solution innovante. Au sein de l’installation de stockage des déchets, les huit moteurs de production électrique sont refroidis avec de l’eau. Ce processus génère de la chaleur jusqu’alors inutilisée et donc perdue. On appelle cela la « chaleur fatale ». L’idée de Veolia ? Récupérer cette énergie pour chauffer la serre des Paysans de Rougeline qui produit des tomates à proximité.

Le 20 mai 2016, à l’occasion de la première récolte, l’écoserre de 4 ha a été inaugurée. En une année, 16 000 MWh d’énergie y seront acheminés au total, via un réseau de canalisations de 1 km de long. La serre sera ainsi entièrement chauffée à l’énergie verte.

Résultat : pour cette année de lancement, les Paysans de Rougeline estiment que 2 500 t de tomates mûriront grâce à la chaleur issue de l’installation de stockage des déchets. Et leur ambition est de doubler la production pour 2017 : ouvrir une deuxième serre de 4 hectares et passer ainsi à 5000 tonnes de tomates. Mieux encore, l’activité permettra de créer, à terme, une cinquantaine d’emplois locaux.

Pari gagnant donc pour Lapouyade, qui ouvre la voie vers une agriculture durable. Un bel exemple de modèle circulaire, qui profite à la fois à l’environnement et à l’économie locale.

Image principale : Photothèque Veolia - Rodolphe Escher

comments powered by Disqus