Le Chaudron s’éclaire à l’huile de friture recyclée

Les soirs de match au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne, la pelouse est éclairée grâce à un biodiesel fabriqué à partir d’huile de friture collectée et transformée localement.

Avec un « gisement » estimé à 1 litre d’huile de friture par habitant et par an, ce sont 400 000 litres de biodiesel qui pourraient être produits à l’échelle de Saint-Étienne Métropole.

Le célèbre Chaudron, berceau des mythiques exploits des verts de l’AS Saint-Étienne en 1976, ne vibre pas seulement au rythme des olas des supporters. Le stade Geoffroy-Guichard possède aussi une véritable fibre écologique. Dans le cadre de sa rénovation pour accueillir l’Euro 2016, la communauté urbaine Saint-Étienne Métropole a eu l’idée d’éclairer l’arène les soirs de match grâce à du biodiesel fabriqué à partir d’huile de friture recyclée.

Jusqu’à 100 000 litres d’huile de friture valorisés

Pour donner vie à cette idée, l’agglomération s’est appuyée sur une association locale de réinsertion professionnelle : Ondaine Agro. Déjà aguerrie à la valorisation des déchets de pain en nourriture animale, l’association a recyclé cette année 20 000 litres d’huile de friture usagée, collectés auprès d’établissements de restauration collective. L’objectif annoncé : atteindre les 100 000 litres par an en étendant la collecte auprès des particuliers, même les plus éloignés, grâce à une déchetterie mobile. Une fois récoltée, l’huile de friture devient biodiesel en passant tout simplement dans une machine qui utilise un procédé dit de transestérification.

Moins d’huile usagée et de CO2 rejetés

Avec cette innovation, Saint-Étienne Métropole veut sensibiliser à la valorisation des huiles de friture, qui évite de les jeter dans le réseau d’assainissement et qui permet de limiter leur transport afin de les traiter. Ainsi, la valorisation d’un litre d’huile de friture permet d’éviter l’émission de trois kilos de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Un stade de foot résolument écologique

Pour autant, le stade du club forézien n’en est pas à son premier coup d’essai en matière d’écologie. Dès 2007, sa tribune officielle avait été recouverte de panneaux photovoltaïques qui fournissent chaque année 206 000 kWh d’électricité renouvelable, soit l’équivalent de la consommation annuelle en énergie de soixante maisons. Équipé d’un système de récupération des eaux de pluie pour arroser ses pelouses, d’un dispositif de collecte des déchets alimentaires pour le compostage ou encore de cinq véhicules électriques pour la surveillance du stade, décidément, ce Chaudron continue de porter haut le vert.

SUR LE MÊME SUJET :

- Olipot : à Barcelone, l’huile de cuisson, ça se recycle !
- De l’huile de friture transformée en biodiesel dans nos moteurs
- Des eaux recyclées arrosent les pelouses de Dubaï Sports City

comments powered by Disqus