Samuel Bigot/Andia

Le recyclage des matelas usagés, une filière pleine d’avenir !

Rennes, Veolia et Envie 2E donnent une seconde vie aux matelas usagés.

Le potentiel de recyclage d’un matelas est extraordinaire ! Jusqu’à 90 % de ses composants (métal, mousse, latex, textile, etc.) peuvent en effet être recyclés. Un véritable gisement, qui représente aussi une formidable opportunité économique : il est suffisamment important pour permettre le développement d’une filière industrielle créatrice d’emplois. En France, c’est Éco-mobilier qui organise la collecte et la valorisation du mobilier usagé ‒ dont la literie. Fin 2013, l’éco-organisme à but non lucratif, créé par les professionnels de l’ameublement et agréé par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, lançait un appel à projets pour la construction et l’exploitation d’usines de traitement de la literie usagée sur quatre territoires ‒ l’Ouest, le Sud-Ouest, le Nord et l’Est. Objectif : recycler 100 000 tonnes de matelas tous les ans d’ici 2018.

Dans l’Ouest, c’est le groupement Veolia-Envie 2E qui a été retenu, un partenariat local entre deux acteurs qui se sont réparti les rôles selon leurs compétences. Veolia apporte au projet l’engagement industriel et financier, ainsi que son expertise dans le domaine du recyclage et de la valorisation des matières premières recyclées. Envie 2E, entreprise de l’économie sociale et solidaire, y contribue quant à elle en offrant son savoir-faire reconnu dans l’insertion des personnes en situation difficile, ses connaissances en matière de démantèlement des matelas et son ancrage historique sur le territoire de Rennes Métropole.

Samuel Bigot/Andia

Inaugurée en septembre 2015 au nord de Rennes, l’unité de démantèlement des matelas conçue par Veolia et Envie 2E peut traiter 4 000 matelas par mois, soit environ 1 000 tonnes par an. Chaque jour, des centaines de matelas arrivent de toute la région Grand Ouest pour être recyclés grâce à une solution innovante. Ils sont d’abord désinfectés dans une chambre d’hygiénisation chimique, puis les matelas mousse sont découpés, tandis que les matelas à ressorts sont démontés à la main. Ils sont ainsi en mesure de retrouver une seconde vie dans l’industrie automobile, l’ameublement, la construction, et potentiellement la fabrication de nouveaux matelas. Certains composants peuvent, par exemple, servir d’isolant thermique et phonique ou de garniture de portières.

Samuel Bigot/Andia

Projet pilote, technique, mais aussi social (Envie 2E a déjà créé 6 emplois et compte en créer 14 au total d’ici fin 2018), l’unité de démantèlement des matelas de Rennes est un bel exemple d’économie circulaire. À travers cette initiative, Veolia consolide son positionnement en tant que producteur de référence de matières premières recyclées pour la filière meubles. L’ambition de l’unité est de traiter, à terme, 400 000 tonnes de mobilier et de soutenir activement Éco-mobilier dans son objectif de valorisation globale de 80 % des équipements usagés d’ici 2017.

Image principale : Samuel Bigot/Andia

comments powered by Disqus