L’économie circulaire, un avenir plus durable pour le bâtiment

Si elle a gagné du terrain dans le domaine des produits de consommation courante, l’économie circulaire est un modèle plus complexe à mettre en œuvre pour la construction de nos logements.

Avec une durée de vie très longue et fabriqués à partir de milliers de composants, les bâtiments sont un réel casse-tête pour l’application d’un modèle circulaire (conserver, recycler, valoriser) plutôt qu’un modèle linéaire (extraire, fabriquer, utiliser, jeter).

Le secteur de la construction représente 6 % du produit intérieur brut (PIB) mondial (soit 10 milliards de dollars) par an, selon le Forum économique mondial. Dans le même temps, la construction de nos logements nécessite d’utiliser d’énormes quantités de ressources, comme la moitié de l’acier produit en un an dans le monde.

Une facture plutôt lourde si l’on ajoute que le secteur est responsable de 25 à 40 % des émissions mondiales de carbone et qu’il génère un volume très important de déchets. Selon le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, le secteur du bâtiment représente environ 15 % de la production de déchets du BTP (bâtiment et travaux publics) en France, soit 50 millions de tonnes par an (à titre de comparaison, chaque année, environ 30 millions de tonnes de déchets ménagers sont produites). 65 % de ces déchets proviennent de la démolition, 28 % de la réhabilitation et 7 % de la construction neuve. Malheureusement, la valorisation (recyclage) de ceux-ci est aujourd’hui estimée à moins de 50 %.

Néanmoins, les acteurs du secteur s’inscrivent peu à peu dans la dynamique circulaire. Même si elles restent encore ponctuelles, des initiatives sont aujourd’hui porteuses d’espoir.

Privilégier la rénovation

Dans le « logement circulaire », une première solution prédomine : conserver les bâtiments existants au maximum et privilégier la rénovation. Toutefois, une autre approche émerge : nos logements doivent-ils tous être conçus comme des structures pérennes ou au contraire faut-il imaginer une durée de vie plus courte et prévoir à terme le démontage et la réutilisation de la structure ?

C’est l’idée du studio XX Architecten basé à Rotterdam. Leur Villa Caméra est un exemple rare de bâtiment démontable et régulièrement réutilisé. Dans sa première vie, le bâtiment était une salle artistique pour enfants. Conçu pour durer cinq ans, il a été ensuite démantelé et les composants stockés. Deux ans plus tard, les mêmes éléments ont permis de construire un logement temporaire pour une école. Puis, dans une troisième réincarnation, les éléments du bâtiment ont donné naissance à la Villa Caméra, lieu de bureaux et de stockage situé dans le pôle médias d’Hilversum.

Recyclage et valorisation

L’autre priorité du système circulaire est de concevoir des matériaux qui peuvent être récupérés, recyclés et valorisés. La société française Recovering accompagne ainsi le secteur de la construction dans cette démarche, notamment en recyclant les déchets à base de plâtre. Cette filière est en pleine expansion : plus de 45 000 tonnes de déchets externes ont été recyclées en 2012. Autre exemple, la société Tarkett, spécialisée dans la fabrication de moquette et de sols en PVC, s’est associée à Veolia pour assurer la collecte et le tri des chutes de pose de revêtements de sol souples auprès des professionnels du bâtiment. Ces déchets collectés sont ensuite recyclés au sein des sites de production de Tarkett.

Qualité de l’air

La question du traitement des déchets dans le bâtiment présente également des enjeux sur le plan sanitaire. La dégradation des intérieurs de plus en plus étanches et confinés provoque insuffisances respiratoires, allergies, nausées et maux de tête. À l’inverse, une expérience menée en 2015 par le centre de recherche américain SUNY (State University of New York) Upstate Medical University a permis de constater que les capacités cognitives des personnes travaillant dans les bureaux ont été nettement améliorées par la diminution de composés organiques volatils polluant l’air...

Cela explique que les constructeurs soient de plus en plus soucieux de bâtir des lieux de vie et de travail dépollués et hypoallergéniques.

Ainsi, à Sainte-Hélène, dans le Morbihan, ouvrira à la rentrée 2018 une école primaire 100 % recyclable. C’est une première en France, et l’économie circulaire est au centre du projet avec pour objectif de ne plus créer de déchets et d’utiliser uniquement des matériaux non toxiques, recyclables à l’infini ou qui puissent être rendus à l’environnement sans polluer.

Le bâtiment, démontable en fin de vie, sera entièrement constitué de peintures, de sols, de revêtements, de câbles électriques exempts de composants nocifs. But final des élus : que l’école « verte » ne coûte pas plus cher à construire pour la commune qu’un bâtiment classique, mais qu’il améliore grandement le bien-être et l’apprentissage des enfants. Quand l’économie circulaire prend la forme d’une boucle doublement vertueuse...

Conflits, catastrophes climatiques, déplacements de populations réfugiées… Les désordres du monde, mais aussi des rassemblements massifs à caractère religieux ou festif, questionnent les notions de ville, d’urbanisme et d’architecture.

En provoquant une mise sous tension et une mise en mouvement des espaces urbains de manière le plus souvent éphémère, ces flux remettent en cause les notions de permanence, de « construit pour durer », de stabilité auxquelles la ville est historiquement associée.

Ces réflexions sont au cœur de la 15e Biennale d’architecture qui a lieu à Venise jusqu’au 27 novembre.

 

Chiffres clés du secteur

Le BTP contribue à 5 % du PIB en France et à 6 % du PIB mondial.

Cette industrie génère 25 à 40 % des émissions mondiales de carbone.

Le secteur du bâtiment représente environ 15 % de la production globale de déchets du BTP.

65 % des déchets produits par le bâtiment proviennent de la démolition, 28 % de la réhabilitation, 7 % de la construction neuve.

Le taux de recyclage des déchets du bâtiment est estimé à moins de 50 % à ce jour.

En savoir plus :

- Peter Lewis transforme les déchets plastiques en briques écologiques
- Ville de Greensburg, Kansas : histoire d’une résilience urbaine
- Les silos à pétrole, futurs logements écolos ?

Sources : INSEE, Forum économique mondial et ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

comments powered by Disqus