Les 1001 vies d’un avion

Les vieux avions ne se cachent plus pour mourir. Ils sont aujourd’hui démantelés et recyclés.

Saviez-vous qu’un avion recyclé permet de fabriquer 5 176 470 canettes de soda ? En fait, votre MacBook a peut-être déjà fait plusieurs fois le tour du monde.

Entre 6000 et 8500 avions de ligne arriveront en fin de vie dans les 20 prochaines années. La réglementation européenne oblige l’industrie aéronautique à les démonter et à les recycler. En fin de vie, cela signifie un avion qui a plus de 30 ans ou un modèle qu’il est plus rentable de démanteler que de maintenir en activité en raison de sa consommation trop importante de kérosène ou de révisions trop coûteuses.

Il existe une dizaine de sites spécialisés dans le monde, notamment aux États-Unis (ici à la Davis-Monthan Air Force Base), mais surtout en Europe. Sur la plate-forme de Châteauroux (France), il faut 6 semaines et 3 personnes pour démanteler un gros porteur ; une procédure qui se décompose en trois phases.

Première étape, le désassemblage : les pièces et les parties avioniques (l’ensemble des équipements électroniques, électriques et informatiques qui aident au pilotage) qui ont de la valeur sont récupérées (cela peut représenter un millier de pièces) pour être revendues et équiper de nouveaux avions. Moteur, moteurs auxiliaires, trains d’atterrissage, fauteuils, etc. Même dans un vieil appareil, la plupart des pièces sont récupérables en raison de leur renouvellement fréquent. Deuxième étape, la dépollution : il faut retirer les liquides et matériaux dangereux pour les traiter à part. Troisième étape, l’avion est découpé et broyé, permettant ainsi de recycler près de 147 tonnes de matière première : 85 % d’aluminium, 10 % d'acier, 3 % de titane et 2 % de cuivre. Ces métaux sont ensuite envoyés dans des usines spécialisées dans le tri.

comments powered by Disqus