Crédit : Getty Images

À Lesbos, les gilets de sauvetage se transforment en matelas pour les réfugiés

Sur l’île grecque de Lesbos, les montagnes de gilets de sauvetage abandonnés par les migrants sont transformées pour leur permettre de dormir au chaud.

L’île grecque de Lesbos a accueilli en 2016 plus de 5 300 réfugiés, pour une capacité limitée à 3 500.

Orange, verts, jaunes, bleus... Ces couleurs sont celles des gilets de survie qui jonchent les rivages de l’île grecque de Lesbos. Le témoignage du drame vécu par de nombreux migrants, parvenus jusque-là dans l’espoir d’un avenir meilleur. Mads Damgaard Peterson, un volontaire de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, a eu l’idée de donner une seconde vie à ces gilets de sauvetage abandonnés.

Dans le camp de Moria, à Lesbos, l’hiver est particulièrement rude. Au froid glacial s’ajoutent des conditions de vie extrêmement difficiles pour des milliers de migrants qui vivent à même le sol, abrités par une simple bâche.

Des matelas pour le camp de Moria

Mads Damgaard Peterson est bénévole dans ce camp de réfugiés. Ce jeune homme venu du Danemark s’est alarmé lorsqu’il s’est rendu compte que les tonnes de gilets de sauvetage laissés sur les rivages de la mer Égée finissaient tout simplement dans la décharge de l’île.

Un matin, assis dans le froid avec Anezka Sokol ‒ une autre bénévole danoise ‒, ils trouvent plus confortable de s’installer sur un de ces gilets de sauvetage abandonnés. L’idée de les réutiliser ne tarde pas à arriver. Ils décident d’en faire des matelas pour le camp de Moria. Ils ramassent alors une douzaine de gilets sur la plage et créent un prototype en dépliant trois d’entre eux puis en les reliant par des sangles.

Ils assemblent en peu de temps une vingtaine de matelas parfaitement isolés grâce à la couche d’air contenue dans le matériau des gilets de sauvetage.

Mads Damgaard Peterson et Anezka Sokol travaillent ensuite sur un système d’attaches au sol pour offrir aux réfugiés une surface de couchage plus confortable. En plus d’être isolés, les matelas ainsi créés sont résistants au feu, et faciles à nettoyer. Les deux volontaires initient également les réfugiés à la fabrication de ces couchages.

Désormais, les gilets de sauvetage abandonnés n’atterriront plus dans la décharge de l’île. Tout en apportant une réponse immédiate à la situation d’urgence que doivent affronter les réfugiés.

Image principale : crédit Getty Images

comments powered by Disqus