Phototèque Veolia - Alexis Duclos

A Ludres, la deuxième vie des déchets ultimes

A Ludres, en Meurthe-et-Moselle, des déchets auparavant enfouis sont désormais valorisés. Ils deviennent matière première secondaire ou combustibles pour les cimenteries.

Au centre de tri haute performance de Ludres géré par Veolia, la valorisation des déchets ultimes permet de réduire de plus de 50 % le volume de déchets enfouis.

Depuis août 2015, la loi de Transition Énergétique met l’accent sur la valorisation des matières afin de réduire les quantités de déchets dits ultimes, c’est-à-dire ceux qu’on ne peut plus traiter et que l’on doit finalement enfouir.

Le texte stipule que « la politique nationale de prévention et de gestion des déchets est un levier essentiel de la transition vers une économie circulaire ».

Parmi ses objectifs : « Augmenter la quantité de déchets faisant l'objet d'une valorisation sous forme de matière, notamment organique, en orientant vers les filières de valorisation, respectivement, 55 % en 2020 et 65 % en 2025 des déchets non dangereux non inertes, mesurés en masse ».

Un taux de valorisation des déchets dont s’approchent déjà en France les centres de tri dits de haute performance. Certains d’entre eux dépassent d’ores et déjà le seuil des 50%.

Tri complémentaire des déchets ultimes

Grâce à un tri complémentaire, ces usines récupèrent les déchets considérés comme ultimes. C’est notamment le cas du site de Ludres, en Meurthe-et-Moselle, géré par Veolia.

L’usine traite les déchets rembourrés, comme les canapés et les matelas, autrefois éliminés par enfouissement.

Collectés dans les départements alentours (Vosges, Moselle, Bas-Rhin) par l’éco-organisme Éco-Mobilier, ces déchets industriels banals sont ensuite triés avec la précision d’une horloge suisse.

Recyclage ou valorisation des déchets ?

Chaque année, pas moins de 20 000 tonnes de déchets y sont traitées. Grâce à ce très bon score, les volumes de déchets enfouis ont été réduits de plus de 50%.

Mais qu’en fait le centre de tri de haute performance de Ludres ? Notamment des matières premières secondaires (papier, carton, bois, métaux ferreux ou non) ou encore des combustibles solides de récupération.

Ces derniers alimentent par exemple les fours des cimenteries qui en sont gourmandes. Le centre de Ludres valorise également en électricité la production de chaleur qui est générée par la combustion des déchets.

Au final, une gestion durable des déchets bien au-delà des objectifs réglementaires !

Image principale : Phototèque Veolia - Alexis Duclos

comments powered by Disqus