PINATEX

Piñatex, le cuir 100 %… ananas !

Inspirée par un habit de cérémonie philippin, la designer espagnole Carmen Hijosa a développé un cuir 100 % végétal fabriqué à partir de fibres d’ananas.

Comment fabriquer un beau sac sans utiliser de cuir ? Comment éviter l’exploitation des animaux, et tous les problèmes environnementaux engendrés par l’élevage industriel et les différentes étapes de transformation des peaux ? Trouver une alternative au cuir, c’était le point de départ de la réflexion menée par Carmen Hijosa.

Après quinze années passées dans l’industrie du cuir, la designer espagnole se rend aux Philippines dans les années 1990. Elle y observe avec attention le savoir-faire et l’usage des fibres naturelles dans la confection des produits locaux et découvre avec émerveillement le Barong Tagalog, tenue de cérémonie traditionnelle portée par les hommes philippins. Fabriqué à partir de fibres d’ananas, le Barong est un tissu végétal et naturel, à la fois fin et robuste. Carmen Hijosa tient là son « alternative vegan au cuir ».

Après plusieurs années de recherche et de développement ‒ elle obtiendra même, à 62 ans, un doctorat en innovation textile au Royal College of Art de Londres ‒, Carmen parvient à mettre au point le Piñatex et fonde son entreprise, Ananas Anam. Une fois traité, ce matériau innovant ressemble beaucoup au cuir ; il peut être travaillé de la même façon afin d’obtenir différentes couleurs, textures et épaisseurs en fonction du produit final désiré. Mais, contrairement à la peau animale, il est durable et d’origine 100 % végétale. Il est aussi environ 30 % moins cher.

Les fibres qui composent le Piñatex sont extraites des feuilles d’ananas, taillées sur les plantations par les cultivateurs philippins. Elles subissent ensuite plusieurs processus mécaniques, thermiques et chimiques, pour être transformées en un textile non tissé, solide, doux, souple et multi-usage. Il faut en moyenne 480 feuilles, soit 16 ananas, pour produire 1 m² de tissu. L’étape finale a lieu en Espagne et au Royaume-Uni où les équipes d’Ananas Anam donnent vie au Piñatex et imaginent de nombreuses applications : vêtements, accessoires de mode, revêtement pour meubles ou habitacles de voiture...

Le Piñatex, sous-produit de la production de l’ananas, ne nécessite pas de terres cultivables ou de ressources en eau supplémentaires, minimisant ainsi les impacts environnementaux liés à sa fabrication. Traditionnellement, les cultivateurs brûlent ou laissent les feuilles d’ananas pourrir à l’air libre : Ananas Anam récupère cette biomasse, qui peut par ailleurs être convertie en engrais organique ou en biogaz, et leur offre une nouvelle source de revenus.

De nombreuses grandes marques, parmi lesquelles Puma ou Camper, ainsi que des designers ont développé des prototypes de chaussures, de sacs ou d’objets de décoration à partir du Piñatex. Le but de Carmen Hijosa est désormais de produire en masse ce « matériau magique » pour qu’il devienne une alternative durable non seulement au cuir, mais aussi à toutes les matières synthétiques à base de pétrole.

Image principale : PINATEX

comments powered by Disqus