Photothèque VEOLIA - Alexis Duclos

À Rostock, le cradle to cradle prend de la bouteille

À Rostock en Allemagne, un site de valorisation des déchets utilise la méthode bottle to bottle. Il remet dans le circuit de consommation alimentaire des bouteilles en plastique usagées.

Un milliard de bouteilles recyclées, c’est 31 000 tonnes de pétrole économisées, 113 000 tonnes équivalent CO2 en moins, soit les émissions annuelles de 20 500 Français.

Regardez bien votre bouteille d’eau gazeuse préférée. Vous ne le voyez pas, mais elle s’est peut-être réincarnée pour une seconde vie, et va ainsi contribuer à la fin de l’enfouissement des déchets plastiques en Europe d’ici 2020. Ce miracle écologique va être rendu possible notamment grâce à une usine dédiée qui applique le principe du cradle to cradle aux bouteilles en plastique. C’est en quelque sorte l’avènement du bottle to bottle !

70 % d’émissions de CO2 économisées grâce au PET recyclé

Basée à Rostock, cité allemande située au bord de la mer Baltique et réputée jusque-là pour le charme de son port et de sa Hanse Sail – un festival de grands voiliers et navires majestueux –, cette usine de Veolia est très particulière. Elle recycle des bouteilles en plastique usagées en nouvelles bouteilles en plastique, destinées à contenir des boissons en toute sécurité. Mais surtout, elle permet de réduire l’empreinte carbone du plastique baptisé PET, le polytéréphtalate d’éthylène, utilisé par exemple pour les bouteilles d’eau gazeuse. En effet, en le recyclant, 70 % d’émissions de CO2 sont évitées par rapport à l’usage d’un PET vierge standard, sans parler de l’économie de matières premières. Sachant que le site de Rostock valorise plus d’un milliard de bouteilles en plastique par an, ce sont 113 000 tonnes équivalent CO2 qui sont évitées chaque année.

Des paillettes pour ne pas gaspiller d’énergie

Pour arriver à donner une nouvelle vie d’emballage à usage alimentaire à ces bouteilles usagées, il aura fallu les collecter avant de les emmener jusqu’à Rostock. D’où l’importance du tri des déchets à la maison. Une fois arrivées à l’usine, les bouteilles sont broyées en paillettes, puis lavées à l’eau chaude. C’est un procédé mécanique et chimique de récupération qui va les rendre aptes à des besoins alimentaires. Une étape qui va éviter de les faire fondre, et donc de gaspiller de l’énergie. Enfin, ces paillettes de PET sont livrées aux fabricants de bouteilles. Charge ensuite aux producteurs de boissons d’utiliser jusqu’à 50 % de PET recyclé pour la production de nouvelles bouteilles. Et aux consommateurs d’offrir une seconde vie écologique à leur boisson préférée en la choisissant siglée rPET pour « PET recyclé ».

Image principale : Photothèque VEOLIA - Alexis Duclos

comments powered by Disqus