Une centrale vapeur 100 % biomasse pour fabriquer de la vodka

En Finlande, la nouvelle centrale à vapeur de Koskenkorva utilise les balles d’orge pour alimenter en énergie la distillerie du groupe Altia. Un modèle d’économie circulaire innovant.

Situé dans les grandes plaines d’Ostrobotnie, dans la municipalité d’Ilmajoki, le petit village de Koskenkorva abrite la distillerie d’Altia, premier distributeur nordique de vins et spiritueux. Le groupe, détenu par l’État finlandais, produit la vodka la plus célèbre du pays : la Koskenkorva, un alcool de grain à base d’orge.

La distillerie consomme 200 000 tonnes d’orge locale par an, près de 15 % de la récolte de la Finlande. Le processus de fabrication de la vodka produit par conséquent des résidus en grande quantité, que l’on appelle la balle d’orge, c’est-à-dire l’enveloppe qui renferme le grain. Pour valoriser cette ressource, Altia a signé, en 2013, un contrat d’une durée de 10 ans avec Suomen Teollisuuden Energiapalvelut (STEP, une joint-venture entre Pori Energia et Veolia) portant sur la conception, la construction et l’exploitation d’une centrale à vapeur de 10 MW alimentée en biomasse. Objectif : couvrir les besoins en énergie de la distillerie tout en réduisant le volume des déchets.

Inaugurée en novembre 2015 à proximité de l’ancienne usine à vapeur de 20 MW, cette centrale 100 % biomasse utilise donc les balles d’orge comme source primaire d’énergie. Ce sous-produit de la fabrication des alcools de grain, disponible toute l’année en quantité importante, présente le même pouvoir calorifique que la paille.

Altia espère ainsi atteindre 65 % d’autosuffisance énergétique contre 20 % auparavant et diminuer ses émissions de CO2 de moitié. Aspect important du projet, la flexibilité apportée à l’entreprise dans la composition de son « mix énergétique ». STEP a développé des solutions innovantes afin de rendre possible l’utilisation à la fois de la biomasse agricole et d’autres sources de biomasse (ou d’un mélange). Dans un avenir proche, la centrale de Koskenkorva pourrait être alimentée au bois (par exemple, la plaquette forestière ou l’alpiste faux-roseau, des essences très présentes en Finlande).

Les entreprises finlandaises s’intéressent de plus en plus à des méthodes de production plus durables et à de nouvelles formes d’énergie. Première installation de ce type à l’échelle industrielle du pays, la nouvelle centrale à vapeur de Koskenkorva représente un bon exemple d’usage innovant et modulaire des sous-produits agricoles.

comments powered by Disqus