Ils restaurent les vieilles baskets

Défraîchies, abîmées, abandonnées au fond d’un placard… Les vieilles baskets s’offrent une seconde vie grâce au travail de restauration d’une poignée de passionnés.

Cela fait quelque temps que les « sneakerheads » – ces acheteurs compulsifs et collectionneurs de chaussures de sport, qui raffolent des modèles vintage et des éditions limitées – n’ont plus le monopole de la belle basket. Désormais, tout le monde peut remettre au goût du jour sa paire de sneakers favorite, qui traînait jusqu’alors au fond d’un placard.
Tissus défraîchis, tige abîmée, semelle oxydée… Réjouissez-vous, vos vieilles baskets ne sont pas incurables ! Créé en mai 2015 au cœur de Toulouse par Mickael Ajavon et David Mensah, Docteur Sneaker restaure, nettoie et customise les chaussures qui vous tiennent à cœur, allongeant ainsi leur durée de vie. Passionnés de sneakers, les deux jeunes hommes font valoir une expertise technique et artistique forgée au fil des années et des expérimentations sur différents modèles. Coût de la consultation : entre 15 € pour un nettoyage complet et 60 € pour des travaux de restauration complexes ou de personnalisation (parfois beaucoup plus, pour une paire vraiment unique).

Pressings à sneakers

Si les ventes (et les prix !) de baskets ont explosé ces dernières années, la restauration reste une niche délaissée par les cordonniers, souligne Les Echos à qui David Mensah raconte : « Les baskets n’intéressent pas les cordonniers : quand j’ai signalé au mien que la colle dépassait, il m’a répondu que ce n’étaient pas des Weston ! » 
Pourtant, le marché de la restauration et de la personnalisation semble être promis à un bel avenir. En effet, Mickael Ajavon et David Mensah ne sont pas les seuls à avoir eu la bonne idée d’ouvrir un atelier spécialisé. En septembre 2016, trois jeunes Parisiens leur emboîtaient le pas en inaugurant la boutique Sneakers & Chill dans le IIᵉ arrondissement de la capitale. Devant l’'afflux des commandes, ils souhaitent désormais s’implanter dans plusieurs grandes villes en région. Autre initiative : en décembre 2016, Brandon Mariadi lançait son « pressing à sneakers », le BBB Shop à Lille, puis à Paris en avril 2017, et une ouverture est prévue à Marseille et Nice en septembre.
Chacun de ces entrepreneurs peut se targuer de « soigner » plus d’une centaine de paires de sneakers par mois, évitant ainsi à beaucoup de baskets usées de se retrouver à la poubelle.

comments powered by Disqus