Crédit : Junk Not!

Junk Not! tisse un avenir durable aux Philippines

Ce cabinet de design et d’architecture intérieure transforme les déchets plastiques en petits meubles originaux et colorés, tout en offrant une source de revenus aux communautés locales.

Selon le WWF, qui s’appuie sur une étude de 2015 réalisée par l’ONG The Ocean Conservancy, la République des Philippines fait partie des cinq plus gros contributeurs mondiaux à la pollution des mers par le plastique.

C’est pour lutter contre ce fléau, et aussi pour favoriser l’« empowerment », ou autonomisation des communautés locales, que Wilhelmina Garcia, une jeune architecte d’intérieur, a fondé en 2009 Junk Not!, un cabinet de design et d’architecture intérieure.

Passionnée par la récup’ et résolue à rendre son pays plus vert, la jeune femme entend mettre le design au service de l’environnement et de la société. « Junk Not! est ma façon de faire retentir l’idée selon laquelle il n’y a pas de déchets, il n’y a que des ressources qui n’ont pas encore trouvé leur place », explique Wilhelmina Garcia au Manila Times.

Petit mobilier et développement durable

Les produits vendus par Junk Not! – principalement des chaises et des tabourets – sont confectionnés à la main au sein de petites communautés dans la province de la Lagune. Ce sont les femmes qui collectent les déchets plastiques (sacs de courses, papiers d’emballages, etc.), les nettoient et les enroulent pour former de fines cordes.

Ces cordes constituent le matériau de base des jolis sièges « upcyclés » de Wilhelmina Garcia. Avec des pièces de bois récupérées dans de vieilles maisons, utilisées comme cadres ou comme pieds, elles sont tissées à la main pour donner vie aux assises et dossiers caractéristiques de Junk Not!

L’entreprise les achète aux communautés, auxquelles elle reverse 5% des ventes. Elle ne se contente pas de leur fournir des moyens de subsistance : l’initiative Junk Not! vise à développer l’autonomie et à créer des opportunités au sein des communautés locales, en leur transmettant par exemple des techniques de valorisation des déchets plastiques. Elle leur permet aussi d’avoir un impact positif sur leur environnement, en les sensibilisant à la pollution et en leur apprenant à mieux trier leurs déchets.

Image principale : crédit Junk Not!

comments powered by Disqus