Copyright © Qmilk

Le lait, nouvel ingrédient de votre garde-robe

La styliste allemande Anke Domaske a deux amours : la mode et la science. Elle a choisi de les associer pour créer une ligne de vêtements biologiques fabriqués à partir de fibre de lait.

C’est la grand-mère d’Anke Domaske qui lui transmet sa passion pour la mode et son savoir-faire lorsqu’elle est enfant. À la fin de ses études, elle s’envole pour Tokyo où elle lance sa première ligne de tee-shirts. Quand elle revient en Allemagne, elle décide d’approfondir son intérêt pour la science en étudiant la microbiologie. À la même époque, elle souhaite créer un tissu sain et hypoallergénique pour son beau-père. Atteint d’un cancer, ce dernier ne supporte plus le contact des vêtements qui contiennent de nombreux produits chimiques. Anke Domaske jette son dévolu sur le lait, utilisé dans les textiles dès les années trente et qui a servi de substitut à la laine pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il lui faudra plusieurs années d’essais en laboratoire pour concocter sa recette parfaite de fibre de lait 100 % naturelle. Le surprenant Qmilch (contraction de Q, pour qualité, et de milch qui signifie « lait » en allemand), qu’Anke Domaske produit au sein d’une société du même nom, et qu’elle tisse pour composer les jolies robes de sa marque Mademoiselle Chi Chi (ou MCC). Une matière première douce, élégante, brillante et souple qui représente une alternative écologique au coton.

Le Qmilch est issu de la caséine, la protéine du lait. Anke Domaske n’utilise que du lait aigre impropre à la consommation, qui est normalement destiné à être jeté. Il faut d’abord le traiter et l’écrémer pour éliminer les impuretés et supprimer les matières grasses. La mixture est ensuite pressée en fils prêts à être tissés. L’étoffe ainsi obtenue possède une texture proche de la soie et permet de confectionner des habits agréables au toucher, confortables, résistants et faciles à laver. Le processus de fabrication est court et peu gourmand en eau : la production d’un kilogramme de Qmilch ne nécessiterait que cinq minutes et deux litres d’eau. Aucun produit chimique n’est ajouté. La fibre de lait est d’ailleurs certifiée OEKO-TEX® 100, un label qui estampille les textiles écologiques, et elle est biodégradable.

Et en plus, Anke Domaske assure que la fibre de lait est antibactérienne, qu’elle absorbe la chaleur et qu’elle protège des UV. D’autres fabricants, au Japon notamment, proposent ce type de textile à base de lait et de nombreux créateurs l’ont déjà adopté comme matière première dans leurs collections, comme Machja, Fabricha et même Nina Ricci, Dior et Célio.

En savoir plus :

- Le site de l’entreprise Qmilch
- La page Facebook Qmilch
- Le compte Twitter Qmilch
- Mademoiselle Chi Chi

 
 

 

Image principale : Copyright © Qmilk

comments powered by Disqus