Boras, ©Borås Energi och Miljö

Le « thermos » qui réchauffe la ville de Borås

En 1959, la municipalité de Borås, en Suède, se fixe un objectif : se libérer progressivement des énergies fossiles. Première étape : le chauffage.

Bienvenue à Borås, une ville suédoise de 100 000 habitants située à 60 km de Göteborg. Ses deux joyaux ? Son immense statue en bronze de Pinocchio et son « thermos ». Le « thermos », un accumulateur d’énergie de 37 000 m3 et de 80 mètres de haut qui contribue à une diminution des émissions de gaz à effet de serre d'environ 5 500 tonnes par an. C’est comme si tous les habitants de Borås cessaient de produire du CO2 pendant trois jours.

Petit retour en arrière :

En 1959, à rebours du modèle consumériste des Trentes Glorieuses, la ville de Borås décide de se libérer progressivement des énergies fossiles et de réfléchir à des moyens de valoriser ses déchets. Dans les années 1960, Borås s’équipe d'un réseau de chauffage urbain alimenté par la centrale de Ryaverket qui fonctionne alors au pétrole. En 1984, elle est convertie à la biomasse (copeaux de bois) et au charbon et, en 1995, l’installation de la plus grande sécheuse à vapeur du monde, qui réduit l’humidité contenue dans le bois afin qu’il puisse être brûlé, permet la suppression du charbon. Aujourd’hui, le site de Ryaverket adapte son mix combustible (la répartition des différentes sources d’énergie – fossiles ou renouvelables – utilisées pour alimenter la ville) à la saison. Lorsque la température extérieure est supérieure à 2°, toute l’énergie est produite à partir de la biomasse.

Sauf qu'à Borås, il fait froid. Très froid.

“Thermos” in Borås, ©Photothèque Veolia – Adam IHSE/Interlinks Image

à l’intérieur du « Thermos » de Boras, ©Photothèque Veolia – Adam IHSE/Interlinks Image"

Alors le chauffage reste en partie alimenté par les énergies fossiles lors des pics de froid hivernaux. C’est pour minimiser cette dépendance qu’un nouveau dispositif a été mis en place en 2010. Le fameux « thermos », dont les habitants de Borås sont si fiers. Il stocke l’énergie issue de la biomasse et des déchets dans une gigantesque cuve en été, période de basse consommation, puis approvisionne le réseau de chauffage urbain pendant l’hiver.

En 1999, 40 ans après avoir choisi la voie du développement durable, les énergies renouvelables représentaient 70 % des énergies utilisées à Borås. La municipalité espère atteindre le zéro énergie fossile d’ici 2025. Dans une ville où les enfants apprennent à trier les déchets dès leur plus jeune âge, on a tendance à croire qu’ils y parviendront.

Pour en savoir plus :

Défi de ville : Borås, en Suède


Image principale : Boras, ©Borås Energi och Miljö

comments powered by Disqus