TRASH Surface Bureau. 2014. All Rights Reserved.

Le verre dans tous ses états

Au Glass Lab, à Londres, on pratique une alchimie un peu particulière. Avec des bouteilles en verre usagées, Diana Simpson crée du mobilier sophistiqué.

Diana Simpson Hernandez est une jeune créatrice originaire du Mexique. Convaincue de la valeur, si souvent négligée, des déchets, elle a créé un laboratoire très spécial en plein cœur de Londres. Le Glass Lab est entièrement dédié au recyclage des bouteilles en verre dans le quartier de Soho, où Diana a installé son atelier de design au sein de la galerie 19 Greek Street.

Selon un rapport de la ville de Londres, seulement 52 % des déchets des secteurs industriels et commerciaux sont réutilisés, recyclés ou compostés.

« En tant que designer, je m’intéresse aux déchets comme une ressource pour créer, au niveau local, des systèmes économiques alternatifs qui permettent de valoriser les petits commerces et de soutenir les communautés.», explique Diana, diplômée du Royal College of Art.

Le travail du Glass Lab commence par le ramassage des bouteilles usagées auprès des bars et commerces de Soho. Ces derniers coopèrent volontiers, car la collecte est gratuite, efficace et non polluante. Les bouteilles sont directement broyées sur place, grâce à un chariot électrique à basse consommation, ce qui permet de gagner de l’espace – le verre brisé prend moins de place que les bouteilles – et du temps.

Diana peut ensuite assembler les fragments de verre pilé dans son laboratoire, jouant avec les couleurs et les épaisseurs pour fabriquer des objets variés. Elle utilise une bio-résine végétale pour lier les morceaux de verre et obtenir une pâte qui peut être moulée en diverses formes : des carreaux pour le sol, des bornes de voierie lumineuses ou des plateaux de table. En séchant à température ambiante, cette pâte durcit et devient très résistante. Contrairement au procédé de recyclage classique, il n’y a pas besoin de faire fondre le verre, ce qui permet d’économiser une quantité non négligeable d’énergie et de façonner des objets décoratifs selon un processus éco-responsable peu coûteux.

La vente des créations de Diana permet de financer le fonctionnement du laboratoire tout en apportant un style récup’ branché et coloré aux établissements publics ou privés du quartier de Soho. Le très chic Library Hotel s’est offert un nouveau bar en verre translucide, tout en jeux de lumière, ainsi qu’une mosaïque de tommettes multicolores pour carreler le sol des toilettes.

Le Glass Lab est la première étape du projet de Diana Simpson, qui souhaite établir cinq « Waste Lab » (ou laboratoires de déchets) consacrés à différentes catégories de détritus. Veolia UK s’intéresse de près à cette initiative et espère collaborer prochainement avec la créatrice lors d’un nouveau programme de recyclage. Une initiative des plus encourageantes dans la capitale britannique où seulement 52 % des déchets des secteurs industriels et commerciaux sont réutilisés, recyclés ou compostés.

En savoir plus :

- Golondrina Design, la plateforme de design de Diana Simpson
- Le rapport de la ville de Londres sur la gestion des déchets

Our first table surface done! @19greekst #galleryglass #glasslab

Une photo publiée par Dian (@diansimpson) le

 

Blue tiles @19greekst #galleryglass #glasslab

Une photo publiée par Dian (@diansimpson) le

 
 

Glass lab @19greekst

Une photo publiée par Dian (@diansimpson) le

 
 
 

Image principale : TRASH Surface Bureau. 2014. All Rights Reserved.

comments powered by Disqus