L’économie circulaire au bureau

Écogestes simples, gestion des déchets de bureau, réemploi du matériel informatique… Quelques idées pour rendre votre environnement de travail plus durable.

Devenir écocitoyen, même au bureau.

Les activités de bureau produisent chaque année des millions de tonnes de déchets, requièrent d’énormes quantités d’énergie et provoquent des émissions de CO2 s’élevant parfois à plusieurs tonnes par personne. Heureusement, chacun peut agir pour rendre son environnement de travail un peu plus durable. Il existe une multitude d’écogestes qui vous permettront de réduire votre empreinte environnementale au bureau. En voici quelques-uns :

- « Au bureau, agir comme à la maison. » Faites vôtre cette maxime de l’ADEME, et adoptez au travail les mêmes habitudes de tri ou d’économie d’énergie qu’à la maison. - L’imprimante cristallise souvent l’attention des employés soucieux de l’environnement : imprimez vos documents recto verso et en mode « brouillon » ; paramétrez la machine en mode économique ; réutilisez le papier pour vos brouillons.
- Même éteints, certains appareils continuent de consommer de l’énergie. L’astuce consiste à les brancher sur des multiprises afin de tous les arrêter d’un seul coup en partant. On éteint également son ordinateur quand on s’absente plus de 30 minutes (pauses déjeuner, réunions) et le soir. Les plus zélés peuvent utiliser un moteur de recherche écologique, comme Black Google.
- Pour limiter les déchets, remplacez les gobelets en plastique par un joli mug personnel.
- Pour réduire vos émissions carbone, préférez les visioconférences aux réunions de visu à l’autre bout de la ville (ou du pays) ; choisissez le train plutôt que l’avion pour les voyages courts ; rendez-vous au bureau à pied ou à vélo plutôt qu’en voiture si c’est possible, testez le covoiturage si ça ne l’est pas.

Ces organismes qui valorisent vos déchets de bureau

Papiers usagés, cartouches d’encre, gobelets en plastique, mobilier, textiles… De plus en plus de structures ‒ éco-organismes, entreprises spécialisées, start-up… ‒ proposent de vous débarrasser de ces déchets de bureau. De la collecte à la valorisation, elles s’occupent de tout, parfois gratuitement. Parmi elles, vous pourrez ainsi faire appel à :

- Valdelia : l’éco-organisme à but non lucratif collecte le mobilier de bureau en fin de vie dans toute la France. Une partie du « butin » est transformée en matières premières secondaires, une autre est réemployée. Depuis sa création en 2011, Valdelia a redonné vie à plus de 30 000 meubles, et ambitionne de valoriser 75 % de l’ensemble de ces déchets.
- ELISE : cette entreprise d’origine lilloise collecte et recycle tous types de déchets de bureau, des vieux papiers au mobilier, en passant par les lampes et néons. Elle traite chaque année plus de 17 000 tonnes de déchets, notamment grâce à un partenariat avec Veolia, a créé 275 emplois solidaires, avec comme objectif 300 emplois supplémentaires d’ici 2020.
- Cy-Clope : cette start-up lyonnaise propose aux collectivités et aux entreprises une solution complète de gestion des déchets de mégots de cigarettes. Moyennant un forfait mensuel, elle installe des « cy-clopeurs » et achemine les mégots dans une usine de traitement où ils sont valorisés en compost ou matériaux de construction.
- Enfin, l’équipe de Canibal a mis au point un mini-centre de tri qui dévore les gobelets, canettes et bouteilles. De la taille d’une machine à café, ce collecteur est capable de reconnaître, trier et compacter tous les types de déchets d’emballages de boissons.

Recycler, c’est bien, réutiliser, c’est mieux

Votre entreprise regorge probablement d’équipements électriques et électroniques (EEE) en tout genre : ordinateurs, téléphones, photocopieurs, petits appareils divers… Dans de nombreux pays, la réglementation impose désormais aux producteurs ou distributeurs d’équipements électriques et électroniques (l’entreprise qui vous a vendu les ordinateurs, par exemple) de collecter et traiter les appareils usagés.

C’est notamment le cas en France où, selon l’ADEME, 526 855 tonnes de DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques) ont été collectées en 2014, « soit 52 fois le poids de la tour Eiffel ou 10 fois le poids du Titanic ».

Alors, si un jour vous voulez remplacer vos vieux ordinateurs, pensez au réemploi. Des organismes se chargent de récupérer vos équipements afin de les remettre en état, ou simplement les mettre à jour, pour les placer sur le marché de l’occasion ou les redistribuer à des associations. Citons par exemple l’éco-organisme EcoLogic, qui a signé un partenariat avec le Réseau des Ressourceries en 2016, ou l’entreprise d’insertion Les Ateliers du Bocage, qui vend des équipements reconditionnés aux entreprises.

comments powered by Disqus