Getty image / Stockbyte / Alison Miksch

Les cinq commandements du jardin sec

Faire pousser des végétaux sans eau. Ou alors, si peu… Soucieux de développer des méthodes plus sobres en eau, des cultivateurs, botanistes et jardiniers amateurs redécouvrent les joies du xéropaysagisme.

Cette technique, utilisée depuis longtemps dans les régions du monde particulièrement chaudes et sèches, permettrait de diminuer la consommation d’eau de 25 à 100 %.

Le xéropaysagisme (« xeros » signifie « sec » en grec ancien), c’est l’art et la manière de choisir les plantes et de bien aménager son jardin pour cultiver ses fleurs, ses fruits et ses légumes en utilisant le moins d’eau possible. L’idée, est de profiter au maximum d’une irrigation naturelle (l’eau de pluie) et d’éviter le gaspillage. Ainsi, dans ces jardins secs singuliers, tout sera pensé pour conserver un sol humide, empêcher l’évaporation ou même, pour récupérer et recycler l’eau.

Voici quelques règles indispensables à connaître avant de planter vos premières graines.

Commandement numéro 1 : ton sol, tu connaîtras

Argileux, sableux, calcaire, humifère… Les sols varient d’un lieu à l’autre. Connaître la nature de votre terre vous permettra de savoir ce que vous pouvez y planter et comment l’enrichir. Par exemple, sachez qu’un sol argileux conserve bien l’humidité, mais peut empêcher l’air de circuler. La plupart des plantes risquent donc de manquer d’oxygène. Un problème qui peut être contourné grâce au compost.

Les différentes méthodes pour analyser son sol

Commandement numéro 2 : les bonnes plantes, tu choisiras

Privilégiez les espèces locales, celles qui poussent naturellement dans votre région. En théorie, elles n’auront pas besoin d’arrosage en dehors de la pluie qui tombe sur leur milieu d’origine. Vous pouvez bien sûr ajouter d’autres espèces, celles qui sont réputées peu gourmandes en eau et résistantes à la sécheresse : des plantes alpines ou maritimes, des plantes vivaces, dont certaines sont aromatiques, certains arbres ou arbustes, et bien sûr de jolies fleurs odorantes comme la lavande ou les iris. Le choix est vaste !

Des exemples de plantes peu gourmandes en eau

Commandement numéro 3 : ton jardin, tu aménageras

Sachez placer la bonne plante au bon endroit. Avec leurs jolies fleurs roses et blanches qui s’épanouissent d’avril à juillet, les cistes sont par exemple très à l’aise dans un environnement sec et ensoleillé, alors que d’autres petits arbustes apprécieront davantage les zones d’ombre. Aussi, rassemblez les végétaux en fonction de leur besoin en eau. Ne les arrosez pas tous en même temps, uniformément, mais par groupe. Les bricoleurs pourront optimiser encore ces aménagements. Les jardins en étages, par exemple, permettent de maximiser l’espace et l’arrosage.

Commandement numéro 4 : ton sol, tu amenderas

Le paillis est un élément incontournable des jardins secs ; il va venir jouer le rôle d’une protection végétale et va nourrir la terre. Les jardiniers sont formels : le paillis possède toutes les vertus ! Il aide à garder le sol humide, à ralentir l’évaporation de l’eau en protégeant les plantes des rayons du soleil et du vent, à prévenir le ruissellement des eaux de pluie, à limiter la pousse des mauvaises herbes… Sa composition varie en fonction du type de sol et vous pourrez l’acheter tout fait ou le préparer vous-même.

Les différents paillis et comment les réaliser soi-même

Commandement numéro 5 : tes plantes, avec parcimonie, tu arroseras

Les systèmes de goutte-à-goutte ou d’aspersion limitent l’évaporation et permettent de diminuer la consommation d’eau. Pour un petit jardin, vous pouvez arroser à la main, bien sûr, mais pas n’importe comment !
1) Faites-le peu et doucement pour que l’eau ne s’écoule pas et soit bien absorbée par le sol.
2) Faites-le au bon moment : tenez compte de la quantité de pluie tombée les jours précédents et arrosez tôt le matin et, si possible, par temps calme afin de réduire l’évaporation par le soleil et le vent.
3) Faites-le au bon endroit : ce sont les racines qui absorbent l’eau, pas les feuilles, alors arrosez le sol. Pour économiser davantage l’eau, pourquoi ne pas installer un récupérateur d’eau de pluie ? C’est un investissement, mais il sera vite rentabilisé.

Les avantages des récupérateurs d’eau de pluie



Image principale : Getty image / Stockbyte / Alison Miksch

comments powered by Disqus