Quand New York gère
ses déchets dangereux

Les ingrédients d’une gestion efficace : l’expertise de professionnels, la mobilisation de la ville, et la participation active de ses citoyens.

Cinq points de collecte installés par la mairie dans les cinq districts de la ville ; entre vingt et trente citadins qui s’y rendent chaque semaine ; 600 tonnes de déchets dangereux collectés par an. Sans compter les milliers de participants de l’opération annuelle « SAFE Disposal », lancée au printemps 2012 en partenariat avec Veolia. Voilà des chiffres colossaux, proportionnels à la taille de la ville, mais résultant pourtant d’un seul et même élan.

Pourquoi une telle mobilisation ?

Pesticides, détergents, mercure, peintures, huiles, appareils électroniques, médicaments...
La liste des produits dits « dangereux » est longue, comme celle, d’ailleurs, de leurs conséquences sur l’homme et son environnement : infection, cancers, explosivité, inflammabilité ou encore toxicité. La nécessité de leur traitement n’est donc plus à prouver... D’autant plus que beaucoup d’entre eux peuvent être recyclés. Reconnaissables aux mentions « DANGER » ou « WARNING » sur leurs emballages, ils finissent pourtant, pour la plupart, dans les déchetteries classiques. Voilà pourquoi les habitants des cinq districts de New York (Queens, Brooklyn, Bronx, Staten Island et Manhattan) ont à leur disposition des points de collecte facilement accessibles, avec l’assurance que ces déchets seront acheminés vers les filières de recyclage, de production de carburant, et pour le reste, de destruction par incinération.

Collecte de déchets dans les quartiers de NewYork,SAFE Disposal ©Veolia

Collecte de déchets dans les quartiers de New York, SAFE Disposal ©Veolia

Un succès inattendu

« On a collecté dix fois plus de déchets que prévu. »

« Dans le Queens, le début de la collecte était programmé à 10 heures. A 9 heures et demie, la file d’attente équivalait à dix pâtés de maison, envahissant les rues et bloquant la circulation. On a collecté dix fois plus de déchets que prévu.» se souvient David Hirschler, directeur-adjoint de l’unité Prévention des déchets du service de collecte de New York. C’était en 2012, lors de la première édition de « SAFE Disposal », une opération en apparence simple, mais à l’organisation gigantesque. En effet, pour parvenir à de tels résultats, il a fallu assurer la signalisation des lieux de dépôts, l’accueil des usagers, le tri et l’enregistrement des déchets par type, puis leur emballage et leur chargement en vue de leur transport, assuré par les équipes de Veolia. Ceci dit, le jeu en valait la chandelle, puisqu’en 2013, les New-yorkais ont de nouveau répondu présents, montrant qu’ils n’étaient pas seulement sensibles au sort de l’environnement, mais qu’ils pouvaient (et voulaient !) participer activement à sa préservation.
En 2014, SAFE Disposal se déroulera dans toute la ville du 26 avril au 17 mai, comptant un jour de collecte par district. Ça donne envie de faire le tri dans ses placards.

En savoir plus :

L’évènement, site de la mairie de New York
Le fil Twitter de la mairie de NYC sur le sujet

comments powered by Disqus